Ensemble, tout est possible !

Edito du n°64 de Communisme-Ouvrier d’avril 2016

Le projet de loi vidant de sa substance une bonne partie du Code du travail est le dernier exemple en date de la politique de régression tout azimut d’un gouvernement – qui se revendique toujours « socialiste » – qui réalise méthodiquement les rêves du patronat. Cette ambition politique non assumée se double d’une peur panique d’un mouvement social, et donc d’une répression démesurée, ouvrant la porte à la multiplication des violences policières.

Si François Hollande a fini par renoncer à inscrire la déchéance de nationalité et l’état d’urgence dans la Constitution, la loi anti-terroriste en cours de discussion fait entrer dans le droit commun des dispositions d’exception, en profitant de la peur engendrée par des attentats qui nous touchent maintenant de près, plutôt que de rester loin à l’étranger.

Dans le même temps, à Calais, les expulsions pour celles et ceux qui ont déjà tout perdu, les violences même contre les enfants, de la prison ferme pour la solidarité… tout ça en France, « terre d’asile », l’un des pays les plus riches au monde, au 21e siècle.

Mais l’acharnement de l’État n’a pas eu raison de la solidarité du maire de Grande-Synthe et des militants associatifs vers les réfugié-es. La solidarité est notre force ! Au-delà des mobilisations contre la loi travail, c’est l’occasion pour nous de poser l’ensemble de nos revendications, pour en finir avec ce système où une minorité de riches est de plus en plus riche, au détriment de la majorité de la population.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s