Colère ouvrière à ESB à Seraing

RTBF, 11 avril 2016 :

Un des membres de la direction de Green Elephant, repreneur d’ESB, l’aciérie électrique de Seraing, a été blessé lundi en fin d’après-midi à la suite d’une altercation survenue avec plusieurs travailleurs excédés d’être menés en bateau depuis 15 mois par la direction qui n’a en outre pas payé les salaires du mois de mars.

La seule éclaircie survenue l’après-midi est l’accord obtenu par la direction avec un organisme bancaire pour assurer le paiement du mois dernier. Selon les syndicats, le personnel devrait être payé fin de semaine. Une nouvelle rencontre entre direction et secteur bancaire est prévue mercredi afin d’obtenir des liquidités pour les mois d’avril et mai. La direction a affirmé aux organisations syndicales qu’elle cherchait encore des partenaires et actionnaires afin de mettre en place son ambitieux plan de relance, elle qui avait récemment annoncé vouloir relancer l’outil le 23 mai prochain.

C’est au moment où deux permanents syndicaux expliquaient ces points aux travailleurs qu’une quinzaine d’entre eux ont pénétré de force dans le bâtiment. Ils ont envahi le bureau où se trouvaient les représentants de l’actionnaire et l’un d’eux a été frappé et blessé au visage. Une ambulance est intervenue et l’a emmené trois heures plus tard. Les travailleurs ne comptaient pas relâcher la pression mise sur les deux autres.

Cette situation a nécessité l’intervention massive des forces de l’ordre, un peu après 18 heures, afin de rétablir le calme sur le site d’ESB. La police anti-émeutes a évacué de force les deux représentants des actionnaires qui étaient encore retenus sur place.

Après le départ des forces de police, un ouvrier est monté dans un tracto-pelle et s’en est servi pour dévaster les bureaux administratifs de l’entreprise. Les voitures des représentants de l’actionnaire ont été détruites.

Green Elephant (ex-REM) avait repris l’entreprise en décembre 2014. Elle n’a jamais fait parvenir à la Sogepa, le bras financier de la Région wallonne, des réponses à diverses questions afin d’obtenir une ligne de crédit de 108 millions d’euros sollicitée pour la mise en œuvre du plan industriel pour lequel Green Elephant investissait seulement 10 millions sur fonds propres.

Les représentants des travailleurs estiment même que ce qui ressemble de plus en plus à une faillite a été « organisée avec l’ancien propriétaire », le repreneur s’étant fait connaître alors que la direction et les syndicats étaient prêts à signer le plan social à la suite de l’annonce, en juin 2014, de la fermeture du site sérésien.

Une réponse à “Colère ouvrière à ESB à Seraing

  1. Pingback: Colère ouvrière à ESB à Seraing — Solidarité Ouvrière – musnadjia423wordpress

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s