Archives quotidiennes : 05/04/2016

Besançon : Opération péage gratuit à Valentin

Dans le cadre de la lutte pour le retrait de la loi El Khomri, une bonne centaine de personnes se sont retrouvées ce mardi 5 avril à Ecole-Valentin pour une opération péage gratuit. De 16 h 30 à 17 h 30, nous avons laissé passer gratuitement les automobilistes au péage tout en distribuant des tracts pour appeler à la manifestation du samedi 9 avril (10 h Place de la Révolution à Besançon).

100_3257100_3258 Lire la suite

Pour dénoncer les viols à Djibouti, 10 femmes se mettent en grève de la faim

MarieClaire

femme djibouti greve de la faim

Dix réfugiées politiques djiboutiennes ont arrêté de se nourrir depuis le 15 mars dernier. Le but ? Alerter le grand public sur le fléau du viol, utilisé par l’armée comme « moyen de réprimer l’opposition au gouvernement ».

Lire la suite

Discussions interrompues entre salariés et dirigeants, la grève sera reconduite mercredi

Imazpress, ipreunion.com

 

Le mouvement de grève des 280 salariés de la BNP sera reconduite mercredi 6 avril 2016, selon la CFDT, sur l’ensemble de l’île. Ce mardi, les négociations mouvementées ont repris à 14 heures et se sont interrompues aux alentours de 17h. Lundi aussi, aucun accord n’avait été trouvé. Un peu plus tôt ce mardi, la direction indiquait pourtant qu’elle souhaitait parvenir à une sortie de crise ce jour.

Le personnel demande une augmentation pérenne de 100 euros par mois et une prime annuelle de 1500 euros.

Lire la suite

Loi Travail. 1000 manifestants à Istres pour « répéter » le 9 avril

Maritima.info

Galvanisés par l’ampleur croissante de la mobilisation, ils étaient un millier à défiler ce matin dans les rues d’Istres à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU pour demander une nouvelle fois le retrait « pur et simple » de la Loi Travail.

« Nous ne lâcherons rien ! » Le slogan affiché sur la banderole en tête de cortège est efficace, d’autant plus qu’il est suivi d’un millier de manifestants dans les rues d’Istres. Ce simple « tour de chauffe » avant le grand rendez-vous social du 9 avril annonce déjà l’ampleur de la mobilisation de samedi. « Ce n’est qu’une mise en bouche, la lutte continue avec plus de monde à chaque fois« , explique Yann Manneval, secrétaire de l’Union Départementale CGT. « D’autres manifestations suivront, les mouvements de grève se multiplient, avec la convergence des lycéens et des étudiants. On obtiendra gain de cause, il ne peut pas en être autrement, ce serait un recul trop important« . Non, décidément, la Loi Travail ne passe pas, particulièrement ses volets consacrés au licenciement économique, aux heures supplémentaires, et au plafonnement des indemnités prud’homales. « Une loi normalement, est faîte pour protéger le plus faible, hors ici elle protège une fois de plus le capital et ceux qui détiennent le pouvoir d’action« , déclare Freddy Mika, animateur du Snuipp-FSU 13. « Ce que l’on veut c’est que ce texte soit retiré, pour qu’on puisse le réécrire afin de protéger le plus faible« . La forme employée par le gouvernement a également choqué les manifestants, qui lui reprochent de vouloir passer en force. « Il fallait la discuter cette réforme et voir ce que l’on pouvait faire avec les organisations syndicales« , lance Josiane, membre de la Ligue des Droits de l’Homme. « C’est une atteinte au droit du travail« , conclut-elle.

Loi Travail : nouvelle journée des mobilisations en Normandie

Les vacances scolaires en Normandie n’ont pas eu d’impact sur les mobilisations ce 5 avril.
Depuis ce matin les villes du Havre et de Rouen ont été bloquées. Plus de 1500 personnes ont manifestées au Havre et environ 1000 à Rouen. Essentiellement des travailleuses et travailleurs.

image

A Caen, un cortège d’environ 500 personnes manifestent en ce moment en ville.

Comme depuis le debut un fort dispositif policier a été mobilisé depuis ce matin.

Paris : répression de la manifestation lycéenne

Libération, 5 avril 2016 :

12:27 : La manifestation est bloquée depuis 30 minutes au niveau 71 boulevard Diderot, à Paris, devant l’ancienne caserne militaire de Reuilly. Un groupe de manifestants est actuellement encerclé devant ce bâtiment, des manifestants s’étant positionnés derrière le groupe de policiers leur faisant face, rapporte notre journaliste sur place. Ils crient «Libérez nos camarades». Des jeunes, qui auraient escaladé les murs du bâtiment sont montés sur son toit. Certains jeunes, blessés lors de récentes charges de CRS, sont soignés sur place. Ces charges ont scindé le cortège en deux, et permis aux policiers de procéder à plusieurs interpellations.

CRSParis

12:33 : Le cortège repart, boulevard Diderot, à Paris, mais le groupe de manifestants bloqué par la police devant l’ancienne caserne de Reuilly, au 71, est toujours encerclé. La police a poussé et dispersé les manifestants situés derrière elle et qui réclamaient la «libération» des manifestants, à coups de matraque et gaz lacrymogènes. «J’ai vu un étudiant en socio à Paris VIII saigner de la tête, il s’était pris deux coups de tonfa dans le crâne. Beaucoup de jeunes ont les yeux rouges, parce qu’ils se sont faits gazer. Mais ça avance, quand même, dans une ambiance un peu plus calme, avec la musique», rapporte l’un de nos journalistes, sur place.

Pour la défense du droit de grève : Rassemblement devant les Fonderies du Nord d’Hazebrouck

Trois ouvriers, militants CGT, ont été mis à pied et menacés de licenciement pour s’être mis en grève contre la loi El Khomri ce 31 mars.

Vendredi 8 avril, ces trois camarades sont convoqués à un entretien préalable à licenciement pour faute ! Face à cette atteinte intolérable et illégal au droit de grève, montrons notre solidarité !

Lire la suite