Lure : Manifestation de soutien aux déboutés du droit d’asile

L’Est Républicain, 16 mars 2016 :

Malgré une bise glaciale, ce lundi, en fin d’après-midi, quelque cent trente-cinq personnes se sont rassemblées devant la sous-préfecture de Lure. Motif de cette mobilisation ? « On demande aux autorités préfectorales de régulariser les déboutés du droit d’asile avec autorisation de travailler », dira Michel Antony pour le comité d’entraide aux réfugiés de Lure et environs.

Ce dernier rappelant que le comité soutient actuellement huit familles. « Ce sont des gens qui sont comme nous. Ce ne sont pas des criminels, ou des délinquants. C’est avec nous qu’ils sont, ils doivent rester avec nous ! », martèle encore Michel Antony.

Pendant ce temps-là, Michèle Schepens, présidente du comité d’entraide aux réfugiés de Lure accompagnée de quelques personnes dont Mme Naqellari ont été reçues par le sous-préfet. Comme elle l’avait déjà fait en octobre dernier, la mère de famille albanaise a (ré) expliqué sa situation au représentant de l’Etat, Jean-Luc Blondel. Arrivée « en France il y a trois ans, avec mon mari et mes enfants », la famille Naqellari est intégrée. « Elle remplit les critères d’insertion dans la vie sociale de la cité, de scolarisation des enfants, de la pratique orale et écrite du français, d’une promesse de logement autonome, et d’une promesse d’embauche », insiste encore Mme Schepens.

Depuis fin d’année dernière, le couple Naqellari est sous le coup d’une OQTF (obligation à quitter le territoire français) et depuis le 19 février dernier la famille est assignée à résidence. Lundi soir, Michèle Schepens a aussi défendu devant le sous-préfet les dossiers des familles Anamali, Gjyriqi.

« Depuis deux ans, les autorités préfectorales de Haute-Saône, qui en ont le pouvoir, n’ont procédé à aucune régularisation. Or, même en fin de droits et après utilisation de quasiment tous les recours, le préfet dispose toujours de la possibilité de régulariser des familles », martèle encore Michel Antony.

Reçue longuement par le représentant de l’Etat, la délégation est ressortie de l’entretien « très déçue ». Ce fut « un coup d’épée dans l’eau. M. Blondel est resté campé sur le fait que les familles ont été déboutées du droit d’asile ». « Il y a tout lieu de craindre une expulsion », confiait lundi soir Michèle Schepens.

Publicités

Une réponse à “Lure : Manifestation de soutien aux déboutés du droit d’asile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s