400 manifestants à Vesoul pour le retrait de la loi El Khomri

L’Est Républicain, 10 mars 2016 :

«On vaut mieux que ça ». Ce slogan, auquel ont adhéré en quelques jours plus d’un million d’intrenautes opposés à la loi El Khomri, était visible ce mercedi de manifestation à Vesoul. En l’occurrence, c’est le gamin d’un jeune couple qui tenait la pancarte. Le bambin ne sait pas pourquoi mais ses parents, si : « il faut penser à l’avenir et il y a tant à revoir », dit le duo.

L’un et l’autre travaillent, mais c’est, disent-ils, « par solidarité et contre la précarité » qu’ils se sont greffés au rassemblement qui s’est formé rue Saint-Georges hier en fin d’après-midi. Le papa pense simplement qu’un « revenu pour tout le monde » arrangerait bien les choses. « Là, on profite du chômage, on crée de la concurrence entre salariés. La pression, ça existe », dénigre le couple, sans appartenance syndicale revendiquée, ni drapeau en main.

« Ils veulent la France de l’intérim »

Des drapeaux, il y en avait en outre beaucoup dans ce rassemblement. Du même rouge, avec des lettres différentes (CGT, FO, PCF) mais un même message résumé en une formule : « non à la liberté de licencier ».

Jean-Yves, un routier, est passé dans le coin aussi. « Ils veulent faire la France de l’intérim », pense-t-il, « on délocalise de trop. On a ouvert une vanne et on ne peut plus l’arrêter ».

Le défilé de contestataires a démarré, c’est à noter, dans la rue Saint-Georges, là même où siège le Parti socialiste de Haute-Saône. Son premier secrétaire fédéral, Loïc Niepceron, a bien tenté de dialoguer avec des syndicalistes mais les rencontres ont tourné court…

Pourtant, l’experimenté conseiller régional vésulien n’est pas insensible à la cause. « C’est un projet, qui n’est pas déposé, il est normal qu’un rapport de force s’instaure. La réaction est légitime ». Mais aussi : « quand on présente un projet de loi, on s’y prend autrement ». Lui n’adhère pas par exemple à la proposition de plafonnement du montant des indemnités aux prud’hommes.

Face à lui, arrive une militante de Force Ouvrière. Elle prévient : « il (le président de la République, N.D.L.R.) voudrait être battu qu’il ne s’y prendrait pas autrement ! ».

« Ce n’est qu’une première étape. La mobilisation va monter », ressent un autre participant à cette manifestation qui s’est répandue jusque devant la préfecture après un petit passage au centre-ville à l’heure de la sortie du boulot.

Publicités

Une réponse à “400 manifestants à Vesoul pour le retrait de la loi El Khomri

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s