Port-St-Louis : une riposte syndicale à la hauteur de l’attaque politique

La Marseillaise, 26 février 2016 :

Trois militants de la CGT, qui ont soutenu les salariées de la supérette Casino de Port-st-Louis pendant leur grève, auditionnés par la gendarmerie.

Il n’y avait qu’à voir l’énorme mobilisation jeudi matin devant la Gendarmerie de Port-Saint-Louis pour comprendre qu’il ne faut pas s’en prendre aux militants de la CGT. Dans la commune comme ailleurs, la convocation de trois syndicalistes pour des accusations jugées « graves et mensongères » par la CGT, a résonné comme un coup de semonce : « aujourd’hui, ils ont voulu tester les portuaires et la CGT », affirme Olivier Mateu, secrétaire départemental, « je pense que l’examen de passage est réussi. Ils ont un seul message à entendre : aucun militant de la CGT, de quelque secteur que ce soit, se retrouvera tout seul face à son patron et face à la justice ». Récemment, 8 salariées de Casino qui ont mené la grève en novembre et décembre, ont déjà été auditionnées, accusées d’avoir manger des bonbons durant une occupation du magasin. Hier, les faits reprochés sont plus lourds et passibles de prison: les trois syndicalistes (dont deux dockers) étaient entendus « en tant qu’auteur de violence en réunion, menaces publiques et non publiques et injures ». Ce qui fait dire à Serge Coutouris, des dockers, qu’« on est dans la continuité de la déstabilisation du syndicalisme et surtout de la CGT. Face à notre volonté de défendre l’emploi, le réflexe du gouvernement à la botte du patronat est de s’attaquer aux militants ».

L’attitude de la direction de Casino est pour les salariées disproportionnée : « on voulait juste faire renouveler les 4 CDD par rapport à la charge de travail. C’était une demande légitime et argumentée. Mais la direction s’est braquée, et aucune discussion n’a été possible », déplore Annie Tayolle, qui n’en revient toujours pas de la convocation à domicile : « quand j’ai vu les gendarmes, j’ai eu peur ! Je me suis demandé ce qui était arrivé ! Je n’ai pas imaginé un instant que c’était pour la grève à Casino !».

Refus d’un prélèvement d’ADN

Des prises d’empreinte et des photos ont été faites de toutes les personnes convoquées. Mais pour les trois syndicalistes, un prélèvement ADN a été demandé : « hors de question que je le donne », s’indigne l’un d’eux, « on a évidemment refusé ! C’est pour les criminels, et nous on n’a rien fait. De toute façon, ça n’aurait servi à rien puisqu’il n’y a eu aucune bousculade, aucun coup porté. Ils ne peuvent rien trouver ».

Après deux heures d’audition, ils sont ressortis libres, applaudis par plus de 800 salariés de tout le bassin d’emploi et des UL de Port-de-Bouc, Martigues, Istres et Fos. Et c’est dans le lieu emblématique du BCMO (bureau central main-d’oeuvre) des dockers que s’est fait la prise de parole : « le parquet de Marseille va recevoir les dépositions et classera sans suite ou non. La décision est attendue avec impatience par la fédération nationale. Suivant le résultat, on risque d’aller vers une aggravation de la situation », annonce Laurent Pastor, secrétaire général du syndicat des dockers du golfe de Fos. Hier déjà, les bassins Est (Marseille) et Ouest étaient en grève pour 24h. Pour la CGT, la décision est avant tout politique : « ils en veulent aux travailleurs ! Le peu que nous avons, ils veulent nous le prendre ! La réforme du code du travail c’est pareil. Mais on ne se laissera pas faire ! », promet Olivier Mateu.

Une réponse à “Port-St-Louis : une riposte syndicale à la hauteur de l’attaque politique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s