Rendez-vous à Lyon pour les libertés syndicales et la relaxe des huit de Goodyear

Appel de l’UD CGT du Rhône :

CONDAMNATION DES 8 EX-SALARIES GOODYEAR : Un pas inacceptable est franchi !

Les organisations syndicales du Rhône et de la Métropole de Lyon expriment leur profonde indignation et leur colère suite à la condamnation de 8 ex-salariés Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois fermes.

Dans une région fortement frappée par le chômage, dans le cadre d’un conflit social âpre où les salariés étaient engagés contre la casse de 1173 emplois, luttant pour leur dignité et le devenir social de leur famille, un accord de fin de conflit avait été signé entre la direction de Goodyear et le syndicat majoritaire de l’entreprise. Cet accord, conclu après une bataille de 7 ans, actait, entre autre, l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires contre les militants syndicaux.
C’est donc le Procureur de la République, qui a décidé de poursuivre l’action judiciaire. Ce qui donne à cette condamnation un caractère politique.

Dans un contexte d’état d’urgence, où cette loi d’exception est parfois détournée pour tenter de faire taire le mouvement social, où l’on constate que des militants écologistes sont assignés à résidence, cette attaque contre des militants syndicaux, est un nouveau très mauvais signe.

En appeler à l’unité nationale, et couvrir une telle procédure aux conclusions aussi injuste que disproportionnée, entache lourdement le crédit du pouvoir dans sa volonté de rassemblement.

Les militants qui se font les porte-voix de la défense des libertés syndicales et démocratiques, des combats pour l’égalité et la justice sociale, n’ont pas à être traités comme des délinquants.

Le 23 septembre dernier, nous nous sommes mobilisés partout en France pour exiger le respect des libertés syndicales. Avec ce jugement, un cap est franchi : la justice devient clairement une arme de guerre contre le monde du travail, contre les syndicats et la Cgt en particulier. Avec les menaces sur les Bourses du Travail, les salariés d’Air France, de l’Energie et à présent ceux de Goodyear, c’est une politique répressive, concertée et coordonnée au plus haut niveau de l’Etat qui est mise en oeuvre. Dans ce contexte de début d’année où la ministre du travail prépare une refonte mortifère du Code du Travail, pendant que le ministre de l’économie joue à Las Vegas avec le patron du Medef, le signal est évident :

Faire la démonstration d’une justice de classe la plus intransigeante contre tous ceux qui luttent pour l’emploi. A ces faits médiatisés s’ajoutent tous ceux qui ne le sont pas ! Comme par exemple les différentes attaques subies :

– Par Imani, DS CGT chez Mac Do dont la direction a essayé à maintes reprises de le licencier. Une étape supplémentaire a été franchie quand la direction de Mac Do Vénissieux a refusé l’accès à Imani qui venait consulter le cahier DP . Pire encore, la direction a appelé la Police qui a procédé à une fouille publique de notre camarade devant les salariés.

– Par Abdel, DS CGT et secrétaire de syndicat, chez JTEKT, où, après le suicide d’un salarié, le licenciement du médecin du travail, notre camarade a, une nouvelle fois été convoqué pour licenciement par une direction qui a choisi la répression et la stigmatisation de la Cgt.

– Ou bien, au sein des transports Perrenot-Jonage, où ce sont 5 élus CGT de l’entreprise qui trainent leur employeur au tribunal en référé. En effet les partons se sont permis, sans aucun motif, de faire des saisies sur salaires des mois de septembre et octobre. Hasard du calendrier ? Force est de constater que tout se passe pendant la préparation et les élections professionnelles. Malgré tous ces procédés Victoire à été donnée à la CGT avec 65% des suffrages !

– Ou, tout récemment, dans un autre contexte, à l’hôpital Saint jean de Dieu où nos camarades ont subi, dans leur locaux syndicaux, agressions verbales, menaces physiques par des individus (agents de sécurités) afin qu’ils valident la mise en place des 12 H de travail !!

Permettre que s’installe la criminalisation de ceux qui luttent pour le bien commun, faire du souci de la sécurité une arme contre nos libertés, ce serait entrer dans des chemins bien obscurs, ce que nous refusons !

Nous adressons toute notre solidarité aux 8 ex salariés de Goodyear, et soutenons leur démarche en appel.

POUR LES LIBERTES SYNDICALES POUR LES 8 DE GOODYEAR RASSEMBLEMENT LE JEUDI 4 FEVRIER 2016 à 18H PLACE BELLECOUR

3 réponses à “Rendez-vous à Lyon pour les libertés syndicales et la relaxe des huit de Goodyear

  1. Pingback: Quelques rendez-vous le 4 février pour la relaxe des huit de Goodyear | Solidarité Ouvrière

  2. Pingback: Journée de mobilisation pour les «huit condamnés de Goodyear» | Solidarité Ouvrière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s