En Turquie, le régime arrête des universitaires signataires d’une pétition

Libération, 15 janvier 2015 :

Quatorze intellectuels ont été interpellés ce vendredi pour avoir soutenu un appel à l’arrêt des opérations contre les Kurdes.

Signé par quelque 1 200 intellectuels et chercheurs turcs mais aussi étrangers, l’appel vise à briser le silence entourant l’opération massive contre la rébellion kurde du PKK lancée depuis un mois par plus de 10 000 militaires et gendarmes mais aussi à relancer un processus de paix. «Ce massacre délibéré et planifié est une violation grave du droit international, des lois turques et des obligations qui incombent à la Turquie en vertu des traités internationaux dont elle signataire», souligne ce texte qui dénonce le couvre-feu imposé depuis plusieurs semaines dans de nombreuses villes du sud-est du pays peuplé en majorité des Kurdes «qui condamne leurs habitants à la famine» ainsi que l’emploi d’armes lourdes dans les combats urbains.

Le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, a aussitôt lancé la chasse aux signataires, les accusant d’être des complices des «terroristes» du PKK. «Ceux qui se rangent dans le camp des cruels sont eux-mêmes cruels et ceux qui soutiennent les auteurs de massacres sont complices de leurs crimes», a rappelé vendredi l’homme fort d’Ankara soutenant les actions judiciaires pour «propagande terroriste», «insulte aux institutions et à la Répubique».

Les plus faibles d’abord

Les enquêtes se concentrent surtout sur les signataires les moins connus, professeurs ou chargés de cours dans des universités de province, souvent simples contractuels. Ainsi, quatorze personnes ont été interpellées le 15 janvier à Kocaeli (nord-ouest). A Bolu, (nord) les forces de l’ordre ont perquisitionné les domiciles de trois des signataires. Des interpellations se sont aussi déroulés à Erzurum dans l’extrême est ainsi qu’à Bursa près d’Istanbul. «Pour le moment, il ne s’agit encore que d’initiatives de procureurs locaux. Le pouvoir tâte le terrain en s’attaquant aux plus faibles avant de lancer des procédures systématiques y compris contre des gens plus connus», analyse l’universitaire et politologue Ahmet Insel, signataire de l’appel comme d’autres chercheurs turcs travaillant en France comme Hamit Bozarslan ou Nilufer Göle. Etienne Balibar, Noam Chomsky ou Judith Butler et d’autres universitaires étrangers ont aussi apposé leur nom sous la pétition.

Les éditorialistes proches du régime se déchaînent. Dans les colonnes du quotidien Yeni Safak, Ibrahim Karagül, un des porte-voix favoris du président turc a appelé les étudiants «à boycotter les cours de ces professeurs qui soutiennent le terrorisme et se cachent derrière le mot de paix». Plusieurs universités ont lancé des enquêtes disciplinaires contre les enseignants signataires. La dureté de la réaction du chef de l’Etat déjà critiqué pour son autoritarisme croissant et les poursuites systématiques lancées contre les journalistes trop critiques inquiètent les organisations de défense de droit de l’homme et l’opposition de gauche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s