Archives quotidiennes : 22/12/2015

Des grèves moins fréquentes mais plus intenses

20 Minutes, 22 décembre 2015 :

Selon le ministère du Travail, le nombre de grèves en 2013 a atteint son plus bas niveau depuis 2008, mais les mouvements sociaux ont duré plus longtemps et ont concerné plus de salariés…

Moins de grèves, mais des mouvements sociaux plus longs ou plus massifs. En 2013, le nombre d’entreprises affectées par une grève a atteint son plus bas niveau depuis 2008, selon des chiffres du ministère du Travail publiés ce mardi. Néanmoins, les arrêts de travail ont été plus longs ou concernaient davantage de salariés.

Lire la suite

Publicités

Usine de confection de vêtements à Manouba: 65 employés en grève

Radio Mosaïque, 22 décembre 2015 :

Soixante cinq employés de l’usine de confection de vêtements située dans la région de Borj Amri à Manouba (Tunisie) observent pour le 5ème jour une grève au sein de l’usine même pour contester contre l’arrêt de leur contrat de travail et le non-versement de leurs salaires depuis deux mois.

Ils ont appelé l’administration de l’usine à leur verser leurs salaires et à reprendre leur travail.

200 réfugiés afghans occupent la place de la République à Paris

RFI, 22 décembre 2015 :

Après une manifestation de soutien aux migrants, 200 demandeurs d’asile afghans se sont installés samedi place de la République à Paris. Ils refusent de quitter les lieux tant qu’un logement ne leur sera pas proposé. Reportage.

Deux cents réfugiés afghans ont investi la place de la République à Paris. Ils s’y sont installés samedi dans la foulée d’une manifestation de soutien aux migrants qui se tenait dans la capitale. Depuis plusieurs mois, ces demandeurs d’asile dormaient dans un square près de la gare de l’Est. Mais pour être plus visibles, c’est sur cette place au cœur de Paris qu’ils ont décidé de prendre leurs quartiers. Ils espèrent ainsi obtenir plus rapidement leurs récépissés de demandes d’asile.

Lire la suite

En Turquie, plus de 200 000 personnes évacuées après l’offensive gouvernementale

Libération, 21 décembre 2015 :

Tirs à l’arme lourde, perquisitions, ratissages et couvre-feu imposé aux habitants. Depuis mercredi, les autorités turques ont lancé de très vastes opérations dans le sud-est du pays, majoritairement kurde. Elles visent principalement les villes de Cizre et de Silopi, à la frontière de la Syrie et de l’Irak. L’armée assurait lundi matin avoir tué 123 rebelles du PKK, la guérilla kurde. Laquelle ne reconnaît que la mort de «deux martyrs». L’ordre des médecins et l’association de défense des droits de l’homme affirment qu’au moins 53 civils ont été tués par les forces de l’ordre. Plus de 10 000 militaires et policiers ont été déployés.

«Les policiers et les soldats masqués de cagoule noire cassent les portes des maisons, expulsent les habitants par la force et font des fouilles. Ils cherchent les guérilleros qui ne sont pas là», témoignait jeudi Ferhat Encu, député HDP (kurde, gauche) qui affirme que «des milliers de gens fuient Cizre» et dénonce «un véritable nettoyage ethnique». En tout, ce sont plus de 200 000 personnes qui ont évacué ces zones. A Cizre comme à Silopi, policiers et forces spéciales ont réquisitionné l’ensemble des bâtiments scolaires. Le ministère de l’Education avait invité dimanche par SMS l’ensemble du corps enseignant à quitter leurs écoles. «Alors que l’ouest du pays s’amuse avec le nouveau jeu vidéo Star Wars, l’Orient saigne à cause d’une vraie guerre», notait en fin de semaine Umur Talu du quotidien Haberturk. «Les opérations se poursuivront jusqu’à ce que l’ordre public soit rétabli», a déclaré le chef d’Etat-major, Hulusi Akar.

Lire la suite

En Chine, une catastrophe pas très naturelle

Libération, 21 décembre 2015 :

«Le problème, ce ne sont pas les normes, c’est leur non-respect», estime le géographe Thierry Sanjuan, après la coulée de boue qui a ravagé dimanche un quartier en périphérie de Shenzhen, faisant environ 85 disparus.

Des dizaines d’immeubles emportés par une mer de boue rouge : les images en provenance de Shenzhen (dans le sud est de la Chine), dimanche, étaient impressionnantes. Le bilan humain, lui, revu légèrement à la baisse lundi après-midi, serait de 85 disparus. Ce glissement de terrain n’a rien d’une catastrophe naturelle : la colline qui s’est écroulée était constituée de l’amas de terres excavées pour les immenses besoins immobiliers de la ville, construite sur ce qui fut longtemps un paysage de collines.

Lire la suite