Archives quotidiennes : 15/12/2015

Sodexo : les véritables enjeux du dossier

La Marseillaise, 15 décembre 2015 :

En rappelant qu’en cas de grève, il est interdit de bloquer les accès de son entreprise, « la décision du tribunal de grande instance de Marseille a été un non événement », affirme Maître Steve Doudet, l’avocat des 23 salariés menacés de licenciement par la direction de Sodexo. « Cela, nous le savions déjà » mais, pour le défenseur des salariés, même si le tribunal n’a pas joué la carte de l’apaisement, « le fond du problème n’est pas là ».

Après trois semaines de grève pour obtenir de meilleures conditions de travail et une rémunération en adéquation avec la qualité de ce travail, les chauffeurs-livreurs des cantines scolaires de Marseille sont toujours en attente d’une décision du tribunal des prud’hommes quant à la légalité de la menace de licenciement qui pèse sur eux. Une menace pas encore officialisée, confirme Noureddine Ziadi (CGT), les courriers « n’ont pas été à ce jour reçus par les salariés ». Motif de la direction, la poursuite d’un mouvement qui n’aurait plus lieu d’être puisqu’un protocole d’accord avait été signé par les représentants du personnel. Pour autant, celui-ci ne satisfait pas les attentes de cette catégorie de personnel gréviste. « Les prud’hommes doivent répondre à ces atteintes au droit de grève. » Décision dès demain mercredi.

Le restaurant KFC de Perpignan en grève

France 3 Languedoc-Roussillon, 15 décembre 2015 :

L’enseigne américaine de restauration rapide KFC veut licencier 6 personnes à Perpignan. Les salariés du restaurant installés dans le quartier du Moulin à vent ont décidé de débrayer.

KFC est installé depuis janvier 2011 dans la zone commerciale du Moulin à vent à Perpignan et apparemment les affaires vont mal.

Lire la suite

Le syndicaliste iranien Mahmoud Beheshti Langroodi en grève de la faim depuis le 26 novembre !

(Communiqué de l’Union syndicale Solidaires)

Mahmoud Beheshti Langroodi, porte-parole de l’Association des enseignants iraniens, est en grève de la faim depuis le 26 novembre.

Emprisonné depuis le 6 septembre, il revendique notamment :
- l’annulation de sa condamnation à 9 ans de prison,
- la tenue d’un procès public devant un jury et en compagnie d’un avocat.
Peu après son arrestation, il avait déjà fait une grève de la faim de six jours pour protester contre son incarcération injuste.

Le cas de ce syndicaliste c’est pas isolé

Depuis des années, les enseignants mènent des luttes pour obtenir un salaire au-dessus du seuil de pauvreté, le droit d’avoir des syndicats indépendants, le droit à l’enseignement gratuit et l’arrêt de la privatisation des écoles.
En 2015, ils se sont notamment mobilisés en janvier, en mars, en avril et en mai. Ils ont également manifesté le 22 juillet.

A chaque fois, la réponse du régime a été l’intimidation, l’arrestation et la prison.
Hashemi Baghani, Ismail Abdi et un certain nombre d’autres enseignants ont, par exemple, été également condamnés à de lourdes peines de prison.

L’Union syndicale Solidaires affirme sa solidarité avec Mahmoud Behsheti Langoodi.

Elle demande sa libération ainsi que celle des autres militants emprisonnés.

Paris, le 15 décembre 2015

Grève historique à l’usine Latécoère et premières tensions avec les nouveaux actionnaires

 
(Ô Toulouse)

On pensait Latécoère sortie d’affaire. Endettée depuis plusieurs années, l’entreprise familiale avait vu une dette de 320 millions d’euros épongée après l’arrivée en avril 2015 de fonds d’investissement anglo-saxons connus pour secourir les entreprises en détresse.

Une bouffée d’oxygène pour les salariés qui avaient accepté auparavant la décision de l’équipementier de geler leur salaire deux fois en cinq ans.

Gel des salaires et attribution d’actions gratuites pour les actionnaires

C’est pourtant la douche froide depuis l’annonce des actionnaires d’augmenter la rémunération des membres du conseil d’administration. Une attribution d’actions gratuites pour un montant d’environ dix millions d’euros.

Au même moment, le syndicat CGT demandait une augmentation générale de 50 euros…

<<Un ouvrier chez Latécoère gagne environ 1 400 euros par mois après dix ans d’ancienneté, explique Richard Ferrasse, délégué syndical CGT. Nous sommes donc loin des salaires de l’industrie aéronautique… De son côté, la première décision importante du conseil d’administration est d’augmenter la rémunération des dirigeants. Nous nous sentons trahis.>>

Lire la suite

Liens entre l’extrême-droite obscurantiste et l’extrême-droite raciste

Ouest-France, 15 décembre 2015 :

Un couple soupçonné d’avoir fourni des armes à Amedy Coulibaly a été interpellé mardi. Il s’agit de Claude Hermant et de sa femme, figures de l’extrême-droite identitaire.

Claude Hermant, à gauche, au côté de Serge Ayoub, leader d’extrême droite parisien dans l’ex-Maison flamande de Lambersart en 2011.

Un homme et une femme soupçonnés d’avoir fourni des armes à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière et quatre juifs à Montrouge (Hauts-de-Seine) et Paris en janvier dernier, devaient être interpellés mardi, a-t-on appris de source judiciaire.

Lire la suite

Grasse, Rassemblement contre le délit de solidarité, en soutien à Claire

18 décembre 2015 : au TGI de Grasse, c’est la solidarité qui est mise en accusation !

Le 13 juillet, Claire, Maître de Conférences retraitée, militante associative, est interpellée par la P.A.F en gare d’Antibes alors qu’elle accompagnait un mineur et une jeune femme tous deux des réfugiés qui souhaitaient prendre le train en direction du Nord de l’Europe.

Que reprochait-on à cette paisible retraitée ? Elle est prévenue d’avoir « facilité, par aide directe ou indirecte l’entrée irrégulière, la circulation irrégulière, le séjour irrégulier de deux étrangers en France » , c’est à dire, d’être un passeur.

Lire la suite

Internement préventif : libertés en danger !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le gouvernement a déposé au Conseil d’État une demande d’avis sur l’internement préventif en centre de détention de toute personne « fichée S ».

Ces personnes, rappelons-le, n’ont jamais été jugées ni condamnée et si selon la presse cela concerne 20.000 personnes en France, 10.000 seulement aurait un lieu avec la mouvance islamiste. Les autres sont des militants d’extrême-gauche, des anarchistes et autres opposants au gouvernement actuel.

Lire la suite