Cherbourg : Après une marche pour le climat, une militante voit la police débarquer à 22h

Normandie Actu, 12 décembre 2015 :

Une jeune femme de 19 ans a été interpellée par la police, chez elle, en pleine nuit, pour avoir organisé une marche pour le climat, samedi 28 novembre 2015, à Cherbourg (Manche).

Une jeune militante d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), âgée de 19 ans, avait organisé une chaîne humaine dans le cadre d’une manifestation pour le climat, à l’occasion de la COP21 (la Conférence des Nations Unies sur le changements climatiques), samedi 28 novembre 2015, à Cherbourg (Manche). Malgré l’interdiction nationale de « rassemblement » pendant l’état d’urgence (décrété à la suite des attentats du 13 novembre 2015) la jeune femme avait décidé de maintenir la mobilisation, comme à Rouen (Seine-Maritime), ou à Caen (Calvados).

Elle a été convoquée au commissariat de Cherbourg (Manche) quelques jours après la marche. La délégation EELV du Cotentin dénonce des méthodes d’« intimidation » des forces de l’ordre à l’égard de la militante, lors de son arrestation.

Les policiers chez elle, en pleine nuit

Jessica avait souhaité organiser une marche pacifique, afin de manifester son mécontentement contre les mesures du gouvernement « qui ne se sent pas assez concerné par le changement climatique », estime-t-elle sur Normandie-actu. Si la chaîne humaine s’est déroulée sans problème, la jeune femme sera interpellée par la police, chez elle, la semaine suivante.

Ils sont venus chez mes parents vers 22h. J’étais surprise. Ils n’ont pas été spécialement menaçants, mais j’ai reçu une convocation pour le lendemain au commissariat. Là, les officiers m’ont expliqué que je risquais six mois de prison et 7 000 euros d’amende pour avoir organisé la marche pendant l’état d’urgence. Ils m’ont fait lire l’arrêté national…

Les policiers auraient essayé de la joindre par téléphone. De son côté, Jessica, s’excuse : « Je suis étudiante. Je ne réponds pas pendant les cours. La marche avait déjà eu lieu et tout s’était bien passée, je n’imaginais pas que cela puisse être ça. »

 

La militante pointe alors du doigt l’arrêté préfectoral : « Pour les rassemblements en hommage aux victimes, les gens n’ont pas été convoqués. Là, je l’ai été parce que ça dérangeait. L’état d’urgence est une mauvaise excuse. C’est plutôt qu’ils ne souhaitaient pas que cela perturbe le déroulement de la COP21. »

L’étudiante en génie de l’environnement marin à Tourlaville, près de Cherbourg, n’a pas été poursuivie après la convocation. Elle recevra un avertissement.

Publicités

Une réponse à “Cherbourg : Après une marche pour le climat, une militante voit la police débarquer à 22h

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s