« Salut grosse vache » : exemple de violence patronale

L’information n’est pas récente puisque sa source est une décision de la Cour de Cassation du 25 septembre 2013 mais elle montre bien jusqu’où peut aller la violence patronale, cette fois ajoutée au sexisme le plus crasse. L’arrêt de la Cour de Cassation confirme le licenciement sans cause réelle et sérieuse de Madame X par la société AGL Finances.

Si les insultes, l’abus de pouvoir, les propos racistes ou sexistes, de la part de patrons ou de chefs sur des ouvrières et des ouvriers ne sont malheureusement pas exceptionnels dans les entreprises, cette fois le patron, stupide et tellement sûr de son pouvoir, les a mis par écrit ce qui a donné une preuve à la salariée. Heureusement, grâce aux luttes et résistances ouvrières passées, nous avons acquis quelques droits qui ont permis de faire condamner ce patron.

Alors qu’à Air France comme Goodyear, l’appareil judiciaire s’acharne contre des militants ouvriers, ce mail d’insultes rappelle que signifie la violence patronale au quotidien pour des milliers de travailleuses et de travailleurs.

Texte du courriel d’insultes envoyé par le patron dans cette affaire (les fautes d’orthographe ont été maintenues)

« Salut grosse vache Alors t’es contente que Marjorie t’ai appelé ?

En tous cas sache que ca ne changera rien du tout ! ! ! ! j’attends toujours ta lettre de démission car après mon comportement tu dois bien comprendre que je ne veux plus voir ta gueule et qu’il est hors de question que je débourse un centime pour ton licenciement ! ! ! ! ! Et pas la peine que tu me casses les couilles avec tes conneries de prud’homme parce que moi j’ai un avocat et je t’enfoncerai encore plus que je l’ai déjà fais et crois moi c’est possible.

Alors ? ? ? toujours pas les boules d’avoir quitté sofinco et ton petit cdi tranquille ! je tiens quand même à te remercier grâce à toi j’ai pu monter ma boîte à moindre frais et qui aurait cru que tu serais assez naïve pour me suivre après que je t’ai recrutée pour Epargne sans frontière alors que je savais depuis des mois qu’on allait déposé le bilan ! !

Pauvre conne ! tu croyais vraiment que je t’avais recruté pour tes compétences ? Alors je te préviens envoie moi ta lettre et plus vite que ça, tu vas enfin bouger ton gros cul pour quelque chose ! ! ! ! !

Et t’avises pas d’essayer de me la faire à l’envers avec la Marjorie sinon tu vas voir ce que c’est du harcèlement, je vais te montrer ce que c’est moi une dépression grosse vache ! ! ! !

Alors ? ? ? ? ? ? tu regrettes toujours pas ? ? ? ? il aurait peut être été plus simple de coucher finalement ! ! ! l maintenant t’a plus rien, plus de boulot, plus d’argent et toujours pas de mec tu peux la faire ta dépression ! ! ! !

Juste pour info change de secteur je t’ai grillé chez toutes les banques tu feras plus rien dans ce métier.

A bon entendeur salut ! ! ! ! ! ! !

PS : tes heures sup tu peux te les foutre au cul.
Alban ».

Publicités

Une réponse à “« Salut grosse vache » : exemple de violence patronale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s