Archives quotidiennes : 24/11/2015

Mont-de-Marsan : le rassemblement de la CGT conduit à une manifestation illégale

Sud-Ouest, 24 novembre 2015 :

Regroupés à l’antenne ErDF pour une journée de grève, les employés CGT de trois départements (40, 64, 65) se sont ensuite installés devant le Conseil départemental.

Environ 400 gaziers et électriciens des départements des Landes, Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Atlantiques se sont retrouvés, à l’appel du syndicat CGT, ce mardi matin au siège landais d’ErDF, à Mont-de-Marsan, pour une journée de grève et de manifestation contre la loi de transition énergétique et les menaces de baisse de dotation prévisionnelle pour les activités sociales.

Lire la suite

Publicités

Macédoine : des réfugiés se cousent les lèvres

L’Info.re, 24 novembre 2015 :

Ils sont cinq migrants d’origine iranienne à se coudre les lèvres.

Ces migrants protestent contre les mesures de filtration à la frontière avec la Grèce qu’ont adoptées les autorités macédoniennes. Ils se sont cousu les lèvres (au sens propre).

Lire la suite

Balkans : Bloquées aux frontières, des milliers de personnes victimes de discriminations

La Tribune de Genève, 24 novembre 2015 :

Seuls les réfugiés syriens, irakiens et afghans sont désormais autorisés à franchir les frontières dans les Balkans, laissant les autres réfugiés face aux barbelés et à l’incertitude.

maced

«Tuez-nous ou laissez-nous passer», pouvait-on lire ce week-end sur les pancartes des réfugiés bloqués à la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Des Iraniens, les lèvres cousues, y ont entamé une grève de la faim pour protester contre la décision de la Macédoine, la Serbie, la Croatie et la Slovénie d’interdire le passage à ceux qu’ils appellent désormais les «réfugiés économiques», soit toutes les personnes ne disposant pas de papiers syriens, irakiens ou afghans.

Lire la suite

La grève va se poursuivre ce mercredi chez Duval Bilcocq à Chevrières

Le Parisien, 24 novembre 2015 :

Une partie des salariés de l’entreprise Duval Bilcocq, spécialisée dans la fabrication de pièces métalliques à Chevrières, sera de nouveau en grève ce mercredi. Le mouvement, suivi par une vingtaine de salariés, a démarré ce lundi. Les grévistes réclament de nouvelles négociations pour réévaluer leur prime annuelle.

Celles-ci n’ont toujours pas eu lieu. Le directeur de l’entreprise propose aux salariés une somme de 400 € tandis que les grévistes aimeraient obtenir 1 000 € nets.

Grève dans l’énergie en France

France 3 Provence-Alpes, 24 novembre 2015 :

Les salariés des secteurs de production d’électricité, hydraulique, thermique et nucléaire ont suivi une grève commune ce mardi pour protester contre l’impact social des restructurations en cours, de la loi sur la transition énergétique et la politique européenne.

« Cinquante piquets de grève étaient recensés dans le secteur hydroélectrique et plus de 50% des salariés du secteur étaient en grève, ce qui a entraîné une baisse de production de 7.000 mégawatts sur le réseau », selon Dominique Pani, de la CGT-Hydraulique, qui avait appelé à cette grève avec FO et la CFE-CGC pour les salariés de ce secteur.

Lire la suite

Grève au sein du groupe « L’Express »

Le Monde, 24 novembre 2015 :

Les salariés du Groupe Altice Média (L’Express, L’Expansion…) poursuivent leur mobilisation contre les mesures d’économies envisagées par leur direction. Mardi 24 novembre a été prévu un arrêt de travail de quelques heures, alors qu’environ 120 suppressions de postes restent envisagées.

Lancé par tous les syndicats et sociétés de journalistes, cet arrêt de travail se veut une réponse à la « vacuité du projet stratégique » présenté lors des comités d’entreprise du 30 octobre et du 18 novembre, estiment ces représentants.

Lire la suite

Assaut à Saint-Denis : Ahmed, blessé et menacé d’expulsion

20 Minutes, 23 novembre 2015 :

Il a vu la mort de très près dans la nuit de mardi à mercredi. Ahmed, un Egyptien sans papiers de 63 ans, dormait tranquillement dans son modeste studio de la rue du Corbillon à Saint-Denis, sur le même pallier que les terroristes présumés ciblés par les hommes du Raid.

« Moi je me suis tout de suite dit : je vais mourir »

Son témoignage, recueilli par Le Parisien, fait froid dans le dos. « Il était environ 4h30 du matin. Il y a eu une explosion. Ma porte s’est ouverte. J’ai cru que l’immeuble était en train de s’écrouler ! J’ai voulu sortir. Des policiers avec des lampes torches m’ont dit de rentrer dans mon logement. (…) Moi je me suis tout de suite dit : je vais mourir. »

Lire la suite