Archives quotidiennes : 20/11/2015

Plus que jamais : « Bienvenue aux réfugiés ! »

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ce que fuient les réfugiés de Syrie, d’Irak, du Soudan et d’ailleurs, ce sont les mêmes bombes, les mêmes terroristes, la même barbarie, mais au quotidien, qui ont ensanglanté Paris le vendredi 13 novembre.

bienvenuF

Rien n’est plus à vomir que les discours racistes et xénophobes qui tentent d’instrumentaliser l’horreur des attentats de Paris et de Saint-Denis pour renforcer la haine, les discriminations et les expulsions des réfugiés et autres travailleurs immigrés.

Lire la suite

Après le carnage terroriste à Paris

Interventions lors de la réunion publique en ligne organisée par les militantes et militants de l’Initiative Communiste-Ouvrière le jeudi 19 novembre 2015 pour discuter des sanglants attentats terroristes commis par Daesh à Paris et à Saint-Denis, de leurs causes et de leurs conséquences.

1. Le contexte / présentation :

Lire la suite

Qu’est-ce que l’Etat islamique ? Éléments d’analyse marxiste

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

On lit souvent que l’État islamique est une création de l’Occident. Qu’en penses-tu ?

Nicolas Dessaux : La genèse de l’État islamique, ou Daesh, en 2006, dans le contexte de la guerre civile en Irak, par le rapprochement entre Al-Qaeda en Irak et d’autres groupes armés, est bien connue des analystes sérieux. Ce nouveau mouvement s’est rapidement émancipé d’Al-Qaeda, puis s’est étendu sur le territoire syrien à la faveur de la guerre civile déclenchée par le régime de Bachar El-Assad pour écraser le soulèvement populaire lors du Printemps Arabe. Cette dynamique est indissociable de l’occupation de l’Irak par les USA et leurs alliés. Elle est également traversée par les tensions internationales entre les USA, l’Iran, la Turquie, des monarchies du Golfe persique et la Russie. Tous ces éléments forment le terrain dans lequel l’État islamique a pu apparaitre et se développer, mais ça ne suffit pas à expliquer ce qu’il est.

Au début de la guerre civile en Syrie, les états opposés au régime de Bachar El-Assad ont soutenu en argent et en armes les forces d’opposition. D’une manière ou d’une autre, une partie de ce soutien est parvenu jusqu’à l’État islamique, ne serait-ce que par les défections de combattants d’autres armées. Des financements privés directs en provenance du Qatar et d’Arabie saoudite semblent également avérés, comme c’est le cas pour de nombreuses organisations islamistes dans le monde. Daesh bénéficie surtout du soutien tacite du gouvernement turc dans le cadre de la lutte contre leur ennemi commun, le PKK et sa branche armée en Syrie, les YPG. Mais c’est bien parce qu’il représentait une force cohérente, qu’il était un acteur crédible capable de satelliser ou d’absorber certains de ses rivaux que l’État islamique a pu bénéficier de ces soutiens. Ces soutiens ont considérablement aidé son développement, mais n’expliquent ni sa création, ni sa base sociale.

Lire la suite

Demain, ce n’est pas que leurs chemises qu’on leur prendra !

Editorial de « Communisme-Ouvrier n°59 » , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Les politiciens du PS, des Républicains et du FN (actuels, anciens et prétendants gestionnaires de l’appareil d’État capitaliste), la direction d’Air France, le MEDEF et la majorité de la presse n’ont pas cessé de se déchaîner contre les travailleurs d’Air France après « l’affaire de la chemise » lors de la manifestation du 5 octobre contre les licenciements.

Les « violences aggravées », les « violences inacceptables » ce sont les licenciements aujourd’hui à Air France comme hier chez Goodyear, PSA Aulnay, La Redoute, Continental, Sambre et Meuse, et ailleurs. Les « voyous » ce sont les patrons qui licencient alors que les actionnaires se gavent. La « chienlit » c’est cet ordre social qui condamne des millions d’entre nous au chômage, au travail précaire et à la galère alors que jamais les grands patrons et actionnaires n’ont engrangé autant de profits. Face aux violences patronales et aux licenciements, la colère et la révolte sont légitimes !

Lire la suite

Le projet de « loi santé » – une nouvelle attaque contre la santé pour toutes et tous

Article publié dans « Communisme-Ouvrier n°59 » , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

S’il y a un point sur la « loi santé » qui a été largement médiatisé, c’est bien la « généralisation du tiers payant ». La mobilisation des professions libérales, notamment des médecins généralistes, contre cette mesure et seulement celle-là, ne nous fera pas oublier que c’est justement le seul point qui représente la seule avancée que cette « loi sur la modernisation de notre système de santé », adoptée en 1e lecture au mois d’avril, contient.

D’autres points, dont on parle très peu, préoccupent bien davantage les travailleuses et travailleurs de la santé et du social et ne présagent rien de bon ni pour les professionnels ni pour les malades et autres usagers, bien au contraire.

Lire la suite

Berlin : Des milliers de jeunes contre le racisme

Jeudi 19 novembre, plusieurs milliers (2800 selon la police, plus de 4000 selon les organisateurs) de jeunes de différents lycéens et de facs de Berlin, se sont mis en grève et ont manifesté au centre de Berlin, en solidarité avec les réfugiés, contre les violences racistes et contre les expulsions.

Lire la suite

Laruns : 65 % des salariés de la Shem en grève

La République des Pyrénées, 20 novembre 2015 :

Environ 65% du personnel de la Shem a répondu jeudi à l’appel des 3 syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC, pour une journée de grève à l’usine du Hourat de Laruns. Par ce mouvement, les syndicats entendent signifier l’inquiétude de l’ensemble des salariés – direction comprise – à l’heure du renouvellement des concessions hydroélectriques. 200 personnes étaient donc présentes, venant de l’ensemble des régions où la Shem est implantée (Pyrénées, Dordogne, Massif Central, et le siège social de Balma). En raison de l’état d’urgence, le regroupement s’est tenu strictement dans l’espace de l’entreprise.

Les représentants syndicaux ont rappelé à l’ensemble du personnel les enjeux du renouvellement des concessions. Tous se retrouvent sur le même objectif : la prorogation de la concession de la Shem. La position actuelle du gouvernement, pressé par Bruxelles, est d’accepter l’ouverture au marché européen. Des concurrents, tels Hydro-Québec, Batten Fall, StarCraft et EDF, se sont déjà montrés en Ossau.

Lire la suite

Après la barbarie à Paris

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Les attaques barbares commises par Daesh à Paris et à Saint-Denis ne peuvent qu’horrifier toute personne ayant un minimum de sentiments humains. En s’en prenant, un vendredi soir, à un stade, à des cafés et restaurants et au Bataclan, le but des terroristes étaient de massacrer un maximum de personnes, et ce quelques soient leurs origines, leurs nationalités, leurs religions, supposées religions ou couleurs de peau.

Face à un tel déchaînement de barbarie, la première réaction légitime est l’émotion, la colère, la tristesse, le deuil et la pensée pour les victimes, leurs familles, leurs proches et leurs amis. Mais ses sentiments humains ne doivent pas empêcher la réflexion, bien au contraire, et surtout pas nous conduire à nous mettre à la remorque des Valls, des Hollande, des Obama, des Poutine, des Al-Assad, des Rohani, des Erdogan, des Saoud et autres dirigeants de ce monde.

Lire la suite

Comment François Hollande voudrait lutter contre l’Etat Islamique

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Dans son discours du 16 novembre 2015, suite aux attentats qui ont coûté la vie à 129 personnes à Paris, François Hollande fait plusieurs effets d’annonce qui méritent d’être relevés et critiqués.

François Hollande propose de « déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme, même s’il est né français ». Cependant, cette procédure ne doit pas rendre apatride et ne s’applique donc que si la personne bénéficie de la double-nationalité. Ces dispositions existent déjà depuis 1993 dans l’article 25 du code civil. Elles ont déjà été appliquées contre des personnes liées au terrorisme. Si Hollande les agite, c’est par pure démagogie, pour satisfaire les revendications d’une partie de la droite qui agite ce drapeau depuis quelque temps. C’est une simple variation sur la vieille antienne réactionnaire : « la France, tu l’aime ou tu la quitte », dans le contexte raciste où Valls enterre une énième fois la promesse socialiste du droit de vote pour les étrangers aux élections locales. Dans la lutte contre le terrorisme, c’est une mesure d’une efficacité folle : les candidats à l’attentat suicide seront sûrement arrêtés dans leur projets par la crainte de perdre leur nationalité.

Lire la suite