Valenciennes : Solidarité contre la violence patronale

La Voix du Nord, 6 novembre 2015 :

Ils étaient une centaine, militants CGT et élus, ce jeudi après-midi, devant le commissariat de Valenciennes. Dominique Danquoins, l’électricien de PSA licencié pour avoir dérobé plusieurs mètres de joint thermique y était entendu, à la suite d’une plainte de son ancien employeur.

Il a reçu sa lettre de licenciement le même jour que sa convocation au commissariat de Valenciennes. Double peine. La première pour faute grave, pour la seconde il ne s’agit pour l’instant que d’une audition pour répondre de vol, à la suite d’une plainte déposée par PSA. « C’est dur d’être là. Plus on avance, plus ils m’enfoncent. Pourquoi PSA s’acharne sur moi ? Je l’ignore. » Dominique Danquoins, licencié depuis moins d’un mois, peine à s’exprimer, « dépassé par les événements ».

Son audition était fixée à 14 h 30. Mais Dominique n’était pas seul, ce jeudi, lorsqu’il est entré dans l’hôtel de police. L’ancien électricien de PSA, dans une situation aujourd’hui encore plus délicate que ce qu’elle était déjà, pouvait compter sur une centaine de militants ou sympathisants CGT de PSA (de l’hôpital, de Forges de Fresnes, de Mercedes ou Toyota, entre autres). Sur le soutien d’élus ou de candidats aux prochaines régionales, également. Ou encore la solidarité de ses anciens camarades de PSA, invités à un arrêt de travail entre 13 h et 16 heures, à l’usine auto de Trith-Saint-Léger. Et l’aide, enfin et surtout, de Me Dominguez.

Une collecte au sein de PSA – qui a même pris une ampleur nationale – a permis de dégager un petit salaire et financer un conseil.

« Il n’aurait pu avoir qu’un blâme »

Ce dernier, quelques minutes avant de s’engager pour 1 h 30 d’audition, ne partait pas les mains vides : « PSA a plusieurs versions sur la longueur du joint qui se trouvait bien dans une poubelle, du matériel usagé et destiné à la destruction. M. Danquoins a subi la sanction la plus grave alors qu’il n’aurait pu avoir qu’un blâme. »

Pour Me Dominguez, « cette audition, dans le cadre d’une plainte pour vol déposée par PSA, leur permet d’étoffer leur dossier ». À sa sortie, l’avocat est catégorique : « Le rapport d’incident a été trafiqué, on a mis la mauvaise bobine. Lorsqu’il a été interpellé, la bobine n’a pas été photographiée mais, aujourd’hui, lorsqu’on voit le rapport remis aux policiers, il y a bien une photo de bobine… une autre. » Avec « une infraction non-caractérisée », Stéphane Dominguez espère bien « un classement sans suite ». Ce sera au procureur d’en juger.

En attendant, Cédric Brun, qui appelle toujours à la réintégration de Dominique Danquoins, entend bien donner du vent à la mobilisation : « PSA a du mal à revenir en arrière et veut aller jusqu’au bout. Mais on ne se laissera pas faire. » Le délégué syndical CGT et un Dominique Danquoins « porté à bout de bras » ont ainsi déposé un dossier aux prud’hommes, la veille, « pour licenciement abusif ».

Une réponse à “Valenciennes : Solidarité contre la violence patronale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s