Nouvelles des protestations ouvrières en Iran

Nouvelles des protestations ouvrières collectées par nos camarades en Iran du 2 au 12 octobre 2015 :

Les protestations ouvrières continuent et se développent quotidiennement en Iran. Les luttes des enseignants de ces 10 derniers jours ont été un exemple pour ces protestations. A l’occasion de la journée internationale des enseignants, les enseignants se sont rassemblés dans plusieurs villes et ont réitéré leurs revendications comme la libération de leurs collègues emprisonnés. Parmi les slogans de ces assemblées, on notera « les prisonniers politiques doivent être libérés ». Les enseignants demandent aussi que leurs salaires dépassent le seuil de pauvreté. Le gouvernement a annoncé que le seuil de pauvreté était fixé à 3 millions de Tomans. Et cela alors que les salaires des enseignants, des ouvriers, des infirmières et de larges proportions de travailleurs salariés sont bien en dessous. Il y a trois ans déjà, une campagne pour des hausses de salaires avaient recueillies les signatures de 40.000 ouvriers. En plus, les retraités et les infirmières ont manifesté l’année dernière pour des hausses de salaires. Alors que ces protestations continuent, la protestation à l’échelle nationale des enseignants a un effet important sur l’espace politique dans de nombreuses villes. Et à ces manifestations, il faut ajouter les protestations dans plusieurs usines contre les salaires impayés, les licenciements, les contrats précaires, etc.

Irann

– Les ouvriers de trois importants centres pétrochimiques à Arvand, Tondgooyan et Mah-Shahr ont été respectivement 10 jours, 3 jours et 2 jours en grève. Après une rencontre le 12 octobre avec la direction de la compagnie du Holding du Golfe Persique, ces travailleurs ont suspendu leur grève. Ils revendiquent la mise en place d’une grille de salaire, une hausse de 30% du salaire minimum et de 35% de la prime de nuit des travailleurs intérimaires. Les ouvriers ont annoncé qu’ils se remettraient en grève si les promesses qui leur ont été faites ne sont pas tenues.

– Le 12 octobre, 105 travailleurs licenciés du complexe agroalimentaire de Mirab se sont rassemblés pour le deuxième jour consécutif devant le siège social de l’entreprise. Ils demandent de retrouver leurs emplois et que l’on paye leurs salaires impayés.

– Le 12 octobre, la grève des ouvriers de l’usine de granulées d’Ardakan entrait dans son cinquième jour. La grève a commencé pour protester contre la mauvaise qualité de la nourriture à la cantine de l’usine. Face à la réaction méprisante de la direction générale et des dirigeants de la ville, les ouvriers se sont réunis pour décider de se mettre en grève. Ils demandent des repas de bonne qualité et des hausses de salaires.

– Le 11 octobre, la grève des ouvriers de l’usine d’acier et de fer de Dorood entrait dans son 23ème jour. Les ouvriers revendiquent le paiement de trois mois et demi de salaires impayés et des garanties pour leurs emplois. De plus, les versements des cotisations pour les assurances santé des travailleurs ont aussi du retard ce qui pose de grands problèmes aux ouvriers lorsqu’ils doivent se faire soigner. Plusieurs primes n’ont aussi pas été versées. Après 23 jours de grève, les patrons ont promis de payer une partie des sommes dues avant la fin de la semaine.

– Dans la matinée du 11 octobre, 105 ouvriers de l’usine textile Parsilon dans la province du Lorestan ont manifesté devant le siège de la Sécurité Sociale à Téhéran. Cette manifestation a été organisée pour dénoncer la remise en cause de leur prime de pénibilité pour la retraite.

– Le 11 octobre, les ouvriers du complexe pétrochimique Farabi ont observé pour le 7ème jour consécutif une grève de la faim lors de la pause déjeuner. Les ouvriers entendent ainsi protester contre les bas salaires et les discriminations salariales.

– Le 8 octobre, 34 ouvriers retraités de l’Usine de Confection d’Iran, se sont rassemblés devant les bureaux de la Sécurité Sociale à Téhéran pour dénoncer les retards dans le versement de leurs pensions de retraites. Ces la troisième fois que ces travailleurs retraités manifestent. En retraite depuis le 28 août 2014, ils n’ont à ce jour quasiment pas encore été payés pour leurs retraites.

– Le 8 octobre, les enseignants des villes de Téhéran, Saghez, Sanandaj, Marivan, Hamedan, Mazandaran, Mashhad, Torbat-Heidarieh, Kermanshah, Ahvaz, Booshehr, Ghazvin, Rasht, Karaj, Delijan et de nombreuses autres villes ont organisés des rassemblements à l’occasion de la journée internationale des enseignants. A Mashhad, l’atmosphère était électrique et les enseignants ont scandé des slogans comme « Les enseignants emprisonnés doivent être libérés ! », « Unité ! unité ! unité », « Ministre inutile ! Démission, démission ! ».

– Le 7 octobre, au 19ème jour de lutte, les ouvriers de l’usine d’acier et de fer de Dorood ont manifesté devant le bureau du gouverneur de Dorood. Au bout d’une heure, le gouvernement a promis le paiement des salaires impayés ainsi que des cotisations pour l’assurance-maladie. Les ouvriers ont décidé de discuter lors d’assemblée de la poursuite du mouvement si les salaires n’étaient pas versés.

– Le 6 octobre, un groupe d’enseignants en contrats précaires du district scolaire d’Ilam, en poste depuis 6 ans, ont manifesté devant le bureau de l’éducation du district, pour obtenir des emplois stables.

– Le 5 octobre, un groupe d’enseignants de la province du Gilan ont manifesté devant le bureau du ministère de l’éducation à Rasht. Les enseignants ont dénoncé les discriminations, les bas salaires et les retards dans les versements des salaires. Il est à noter que de nombreuses femmes participaient à la manifestation.

– Le 5 octobre, les enseignants de Téhéran et d’autres villes ont manifesté devant les bureaux du Ministère de l’Education, Place Palestine, à Téhéran. Lors de ce rassemblement, il faut noter le discours passionné de Madame Pakravan, la mère du prisonnier politique Reihaneh Jabbari exécuté par le régime islamique. Parmi les slogans scandés : « Les enseignants emprisonnés doivent être libérés ! », « Les enseignants n’ont pas leur place en prison ! », « Enseignants, ouvriers, et étudiants, unité, unité, unité ! ». La manifestation a duré de 10 heures à midi. Le même jour, des assemblées similaires ont eu lieu à Rasht, Hamedan et Ilam.

– Le 5 octobre, un groupe d’enseignants et d’éducateurs retraités ont manifesté devant la caisse de retraite de la retraite de la ville de Bijar.

– Le 5 octobre, les employés précaires de la ville de Majed-Soleyman se sont rassemblés pour la troisième journée consécutive pour protester contre quatre mois de salaires impayés. Sous la pression de ces protestations, un mois de salaire dû leur a été versé et les travailleurs ont repris temporairement le travail.

– Le 5 octobre, 200 enseignants sous contrats précaires des écoles maternelles ont manifesté pour obtenir leur titularisation. Les conditions de sexe et de diplômes pour être titularisé ont été dénoncé lors du rassemblement.

– Le 5 octobre, 90 enseignants contractuels des écoles maternelles de la province du Golestan se sont rassemblés devant le bureau de l’éducation pour demander leur titularisation. Il y a 1500 enseignants contractuels dans la province.

– Le 2 octobre, des militants ouvriers de la ville de Karaj se sont rassemblés pour honorer la mémoire de Shahrokh Zamani, militant ouvrier mort en détention le dimanche 13 septembre 2015.

Comité de Solidarité Ouvrière – Iran
15 Octobre 2015
Contact : Shahla_daneshfar@yahoo.com (écrire en anglais ou en persan)

2 réponses à “Nouvelles des protestations ouvrières en Iran

  1. Pingback: News of Opposition: October 2015 | Anti Government

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s