Centre d’appels Ceacom, au Havre. Vers un mouvement de grève ?

Normandie Actu, 13 octobre 2015 :

En 2012 et 2013, la plateforme d’appels téléphoniques Ceacom au Havre (Seine-Maritime) avait connu des mouvements sociaux importants. La situation s’était apaisée, mais, chaque année, les négociations annuelles obligatoires cristallisent toutes les tensions. Lundi 12 octobre 2015, alors que la direction présentait l’accord 2016 au comité d’entreprise et au CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), la CGT, syndicat majoritaire, appelait à un débrayage d’une heure Une nouvelle crise ? La direction de l’entreprise, par la voix de Guillaume Milert, en poste depuis 2014, se veut rassurante. L’accord a été signé, mardi 13 octobre 2015, par la CFDT, deuxième organisation syndicale – minoritaire – représentée dans l’entreprise. La CGT n’écarte pourtant pas la possibilité d’un mouvement de grève…

Au centre des revendications, toujours, une amélioration des conditions de travail, et l’obtention de primes.

Or, l’accord qui a été signé est un simple copier/coller du Code du travail, sans aucune avancée. Notre prime d’ancienneté diminue et la rémunération des pauses aussi. La prime de Noël est remplacée par une prime à l’objectif », déplore une élue CGT. « Cet accord tient bien la route au regard de nos moyens », défend, pour sa part, le directeur de l’établissement du Havre.

Et de rappeler qu’en septembre 2014, l’effectif de l’entreprise était retombé à 268 salariés alors qu’il avait grimpé jusqu’à 610, pendant les heures de gloire de Ceacom, en novembre 2012. « Après deux mouvements sociaux importants, nous avions perdu la confiance de nos salariés comme de nos plus gros clients (NDLR : Orange, EDF). Depuis 15 mois, nous faisons en sorte de relever la barre et de gagner de l’argent. Nous sommes en passe d’y parvenir. » Guillaume Milert indique que l’entreprise embauche à nouveau. « Entre septembre 2014 et septembre 2015, nous avons créé une centaine d’emplois. Et j’ai bon espoir au premier trimestre 2016, de pouvoir titulariser en CDI un bon nombre de collaborateurs. »

« Une vraie régression sociale »

Ceacom, au Havre, compte un peu plus de 300 salariés et des intérimaires. « Nous devrions être un total de 400 à la fin de l’année », ajoute Guillaume Milert. Pour l’essentiel des femmes. Elles représentent près de 85 % des effectifs. Un bon tiers est en CDD. L’enthousiasme du directeur de l’entreprise n’est donc pas partagé par la CGT. « L’accord signé est une véritable honte. On assiste à une vraie régression sociale », dénonce le syndicat. Une pétition circule déjà au sein de l’entreprise.

L’accord a été signé à 13h30, mardi 13 octobre 2015. Notre pétition a déjà recueilli 150 signatures, presque la moitié de l’effectif total de l’entreprise », se félicite la CGT.

Le syndicat, qui entend dénoncer l’accord, pourrait très rapidement programmer un mouvement de grève avec le soutien des unions locales. Rendez-vous pourrait être donné à la fin de la semaine.

Publicités

Une réponse à “Centre d’appels Ceacom, au Havre. Vers un mouvement de grève ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s