Tarbes : près d’un millier de personnes contre l’austérité

La Dépêche, 9 octobre 2015 :

Pour la sauvegarde de l’emploi et la défense des services publics : les motifs du défilé intersyndical, hier matin, entre la bourse du travail et la préfecture, ne manquaient pas.

«Les escrocs, on en a assez, argent public mal utilisé.» Le slogan des salariés de MG Call, dont une délégation a ouvert le cortège, a rythmé la manifestation organisée hier dans les rues de Tarbes à l’appel des syndicats CGT, FSU, Solidaires et des collectifs de défense des services publics.

Près de 1.000 personnes selon les syndicats, 700 selon la police, ont défilé pour dénoncer une dégradation des services publics et de la situation économique.

«Notre département est profondément impacté par l’hystérie selon laquelle l’apport massif de fonds publics développerait l’emploi, notamment au travers du CICE. Le résultat : le scandale MG Call et 600 emplois industriels perdus depuis le début de l’année, constate François Dousseau, secrétaire de la CGT. Nous voulons réorienter cette politique gouvernementale qui consiste à mettre au régime la société, en remettant en cause les droits des salariés, notamment, par le projet de réforme du code du travail. Nous revendiquons aussi le contrôle des aides publiques versées aux entreprises. Dans ce contexte, nos services publics ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Les cadrages budgétaires pour 2016 confirment la poursuite des suppressions d’emplois dans un grand nombre de secteurs de la fonction publique. En ce début d’automne, les projets de budgets 2016 de l’État, des collectivités territoriales ou de la Sécurité sociale seront des indicateurs forts sur lesquels nous voulons peser par la mobilisation». Le secteur de la santé est particulièrement touché par les restrictions budgétaires.

«Après la fermeture de la maternité de Lannemezan, de la maternité et de la réanimation à Lourdes, des menaces pèsent sur les urgences de Bagnères, de la clinique de l’Ormeau et sur la cardiologie à Lourdes. Le risque de voir les Hautes-Pyrénées se transformer en désert médical, entre Toulouse et Pau, est bien réel», explique Wilfried Zapparoli, secrétaire de la CGT Santé, laquelle va envoyer une lettre ouverte aux élus du département.

À l’issue du rassemblement à la préfecture, une délégation a rencontré le président du conseil départemental pour lui demander la mise en place d’une commission de défense des services publics.

Publicités

Une réponse à “Tarbes : près d’un millier de personnes contre l’austérité

Répondre à Tyson Coxa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s