Québec : 500 infirmières en colère bloquent la sortie du Parlement

Le Journal de Montréal, 1 octobre 2015 :

Quelque 500 infirmières ont bloqué la sortie des députés de l’Assemblée nationale pendant 45 minutes jeudi avant midi dans le but de protester contre la lenteur de leurs négociations avec le gouvernement.

InfQueb

«Je vous défends de toucher à mon monde», a ordonné la présidente de la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ) Régine Laurent au moment où des gardes du corps tentaient de déloger des manifestantes qui bloquaient le passage d’une limousine sur la rue des Parlementaires.

Les gardes du corps ont lâché prise sur la promesse que les manifestantes allaient céder le passage du véhicule.

Réunies en conseil fédéral au Centre des congrès de Québec, les membres de la FIQ avaient décidé de venir manifester derrière l’édifice de l’Assemblée nationale dans les minutes qui ont suivi la fin de la période des questions au Salon bleu.

 

Temps supplémentaire

«La manifestation était très pacifique, l’idée c’était de ralentir la sortie des ministres pour leur dire, si ça vous dérange d’être retardés quelques minutes en temps supplémentaire, imaginez ce que signifient huit heures de temps supplémentaire obligatoire pour nous», a expliqué Régine Laurent au terme de la manifestation.

La présence des infirmières a forcé le confinement des membres du gouvernement Couillard à l’intérieur de l’hôtel du Parlement. Quelques députés péquistes sont sortis saluer les infirmières.

Excédée par la lenteur des négociations avec le gouvernement pour le renouvellement de sa convention collective, la FIQ a claqué la porte de la table des négociations il y a une semaine, estimant que les offres du gouvernement étaient insuffisantes. Le ministre de la Santé Gaétan Barrette devra déposer de nouvelles offres pour qu’elles retournent à la table des négociations, a prévenu Mme Laurent.

 

«Revendications légitimes»

Gaétan Barrette a dit être en discussion fréquente avec la présidente de la FIQ. «J’ai depuis la semaine dernière des contacts réguliers avec Mme Laurent sur la base de nos négociations (…) Les infirmières ont des revendications qui, à de nombreux égards, sont légitimes.»

Comme il l’a fait avec les municipalités, le gouvernement tente de convaincre les enseignantes et les infirmières d’accepter des responsabilités accrues en contrepartie des sacrifices financiers demandés.

«Je crois en la nécessité d’avoir un rôle accrû pour les infirmières. Ça va dans le sens de leurs revendications comme par exemple les ordonnances collectives, la possibilité d’avoir plus de travail autonome (…) Il y a pas mal de points sur lesquels on se rejoint», a dit M. Barrette.

La FIQ ne fait pas la même lecture que le ministre. Après 10 mois de discussion, les négociations pour le renouvellement de la convention collective des infirmières sont dans l’impasse, a signifié Régine Laurent. La FIQ est à déterminer les moyens de pression qui seront utilisés à l’endroit du gouvernement. La grève n’est pas exclue.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s