Bruxelles : Succès de la marche de solidarité avec les réfugiés

DH, 28 septembre 2015 :

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche, à Bruxelles, pour marquer leur soutien aux réfugiés.

Ils étaient 15.000 selon la police, 23.000 selon les organisateurs. Familles, ONG, bénévoles et réfugiés se sont donnés rendez-vous ce dimanche à 14 h à l’esplanade Bolivar de la gare du Nord pour réclamer l’amélioration des conditions d’accueil des réfugiés en Belgique et aller à l’encontre des réactions racistes et xénophobes qui entourent la problématique.

La marche a été organisée par la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés de Bruxelles et le rassemblement Refugees Welcome, qui regroupe notamment Amnesty International, le Ciré, le CNCD-11.11.11, la Ligue des Droits de l’Homme, Médecins du Monde et le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté.

Parmi les manifestants, des personnes de tout âge et de toutes origines sont venues des quatre coins de la Belgique, parfois en famille. C’est le cas de Gaëlle, qui a fait la route de Liège avec son mari et ses trois enfants de 6 ans, 4 ans et 10 mois. Pour cette jeune maman, sensibiliser les plus jeunes à la problématique semble évident. « Nous avons énormément discuté avec les enfants des files devant l’Office des étrangers, des tentes installées au parc Maximilien, etc. Nous marchons aujourd’hui pour dire que nous sommes prêts à accueillir des réfugiés, et que nous aimerions qu’ils soient accueillis de manière plus digne que ce qui est d’application aujourd’hui » , explique-t-elle.

À l’avant de la foule, ouvrant la marche, Hervé, 73 ans, et Andy, 38 ans, brandissent chacun un drapeau multicolore sur lequel le mot PEACE est inscrit. Le septuagénaire, venu d’Ostende, milite depuis maintenant plus de 50 ans et soutient de nombreuses causes. Les deux amis sont particulièrement touchés par la cause des réfugiés :  » Lorsque vous naissez, vous avec le droit d’avoir un toit et de la nourriture. Nous sommes égaux et je pense que les gens devraient se remettre en question et imaginer, ne serait-ce qu’un instant, être à la place de ces personnes. Et si c’était nous ? », lance Andy.

Parmi les volontaires venus encadrer la marche, certains étaient des réfugiés, venus défendre cette action symbolique à leurs yeux. Kore, 21 ans, a fui l’Irak il y a maintenant plusieurs mois. Cela fait bientôt 50 jours qu’il est arrivé en Belgique où il réside dans un centre d’accueil de la province de Liège. « Être présent ce dimanche me permet à la fois de m’occuper en sortant du centre d’Aywaille, mais aussi, d’apporter mon aide aux personnes que je rencontre au parc Maximilien où je suis bénévole. Aujourd’hui, j’ai pu défendre la cause des jeunes Irakiens qui, comme moi, ont dû vivre des choses difficiles pour arriver jusqu’ici  » , raconte le jeune homme dans un bon anglais.

La marche s’est clôturée vers 17h au Cinquantenaire, où quelques groupes de percussions s’étaient donné rendez-vous avant de laisser la place aux organisateurs, particulièrement surpris par l’ampleur de l’événement. Ces derniers ont alors souhaité transmettre un dernier message à la foule : « Il faut dire Stop à l’Europe forteresse. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s