USA : Les alarmantes conditions de travail des ouvriers du textile à Los Angeles

fashionmag.com

5110Le Garment Worker Center, une organisation de défense des droits sociaux et économiques des travailleurs du secteur textile à Los Angeles, vient de publier un rapport sur les conditions sanitaires et de sécurité dans les ateliers de la ville californienne. 175 travailleurs ont été interrogés entre juin et août derniers, et les résultats sont préoccupants sous plusieurs aspects.

La rapport a ainsi révélé que les travailleurs ne bénéficient généralement pas d’une formation adaptée et que les ateliers sont souvent envahis par les animaux nuisibles, ce qui est souvent dû à des canalisations mal entretenues.

Environ 80 % des ouvriers ont déclaré de pas avoir reçu de formation adéquate en ce qui concerne la santé et la sécurité avant de commencer à travailler, et presque la moitié, qu’ils n’ont pas accès aux premiers secours sur place en cas d’accidents.

70 % ont déclaré que leur atelier est poussiéreux ou pollué par la poussière ou les fibres, et beaucoup se sont plaints d’irritation au niveau des yeux, de la bouche ou de la gorge après de longues heures de travail. 20 % des personnes interrogées indiquent par ailleurs utiliser des produits chimiques pendant leur travail.

21 % affirment avoir été témoins ou victimes de violences physiques ou verbales sur leur lieu de travail, et 6 % de harcèlement sexuel. 62 % déclarent travailler plus longtemps que la journée légale, dont 48 % plus de 10 heures par jour, dans la majorité des cas sans recevoir une indemnisation adéquate. Un tiers des travailleurs affirme en outre ne pas être autorisés à faire des pauses lorsqu’ils en ont besoin.

Le salaire horaire moyen, à 5 dollars, est particulièrement bas.

Dans ce contexte, le Garment Worker Center milite pour une amélioration des conditions sanitaires, comme par exemple la protection des ouvriers de la poussière, ainsi que pour des zones de travail propres et sûres, avec accès à une assistance médicale.

Plus généralement, l’organisation demande une extension de la loi AB 633 – une loi de 1999 qui rend les entreprises donneuses d’ordre partiellement redevables des salaires non payés – qui permettrait de rendre les grandes marques de vêtements et les détaillants responsables des violations de la législation en termes de salaires et horaires de travail.

Enfin, le Garment Center souhaite que les acheteurs payent un prix juste pour les pièces produites, afin de permettre une amélioration des salaires et plus généralement de la situation des travailleurs, et que ceux qui, parmi les travailleurs, acceptent de parler de leurs conditions de travail, soient effectivement protégés de toutes représailles.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s