Balkans – refugié-es face à la répression de la police des États européens

Les matraques en Grèce et Macédoine, via canons à eau de la police hongroise jusqu’au gaz lacrymogène et les chiens d’attaque des unités spéciales croates et slovènes,  n’ont fait que renforcer la détermination des réfugié-es devant la porte de l’UE.

image


Depuis que la Hongrie a complètement clos de mur et fermé sa frontière avec la Serbie, une forte majorité des réfugié-es s’est orienté vers la Croatie en cherchant une route alternative vers l’Autriche et l’Allemagne.
Mais, voilà, la Croatie fait partie de l’UE et donc a des ordres claires comme la Hongrie : protéger les frontieres extérieures de l’UE. Même s’il était jamais question d’ériger un mur avec la Serbie comme la Hongrie l’a fait, les ambitions de la Croatie étaient fortes : contrôle des frontières, enregistrement de tous les réfugiés avec des quotas journaliers, voir le premier tri entre les réfugiés syriens et les autres.
Et pourtant, le soutien espéré de  la Slovénie et Autriche n’est pas arrivé. Au contraire ces deux pays annoncent vouloir fermer leurs frontières  et renvoyer tout réfugié qui passe directement en Croatie. A cela s’est ajoutée une forte mobilisation de la société civile croate, des ONG et de la population en faveur de l’ouverture des frontières et de laisser passer tous les réfugiés. A la frontière, notamment le point de passage de Trovarnik à la frontière serbo-croate, la police croate est rapidement débordée. Des milliers de réfugiés cassent le blocus policier et entre en Croatie. 15000 réfugiés sont passés par là en un peu plus de 24h mercredi et jeudi. Dès jeudi matin le premier ministre croate annonce la suspension du dispositif « Dublin » ce qui en soi voulait dire que les réfugiés étaient libres d’entrer et poursuivre le chemin. A la frontière les attendaient l’eau et la nourriture ainsi que les bus vers la frontière hongroise ou les trains vers la frontière slovène. La Hongrie n’a pas tardé à accuser la Croatie de trahison et son armée arrête et desarme 40 policiers croates qui accompagnaient le premier train des réfugiés qui devait aller directement en Autriche mais en passant par un passage hongrois.
De l’autre côté, une partie des réfugiés qui s’est orienté vers la Slovénie se retrouve face à des unités spéciales slovènes qui protègent la frontière et ne laisse passer personne.
Dès jeudi et vendredi, le Front antiraciste sans frontière  (organisation antiraciste slovène) et autres organisations, notamment libertaires et communistes, appellent à des manifestations contre la fermeture des frontières.

image

Tous les soirs depuis vendredi des manifestations des réfugiés et de leurs soutiens ont lieu à la frontière entre Croatie et Slovénie. A côté d’un travail humanitaire, urgent et nécessaire, les associations et organisations sur place ainsi que tous les gens solidaires essayent d’apporter leur aide logistique au mouvement des réfugiés en réelle lutte contre les frontières européennes.

image

image

image

Depuis la police slovène essaye de casser le mouvement. Leur stratégie était d’abord la division : les réfugiés syriens avaient le droit de passer alors que les autres non. Ensuite il y avait l’interdiction pour les différentes organisations et associations d’approcher et entrer dans les camps où les réfugiés étaient admis. Les camps gérés par la police et la Croix Rouge qui collaborent activement avec la police dans cette gestion. De plus, il y a une forte contrôle et la répression des slovènes solidaires : arrestations arbitraires,  les gardes à vue, les amendes pour celles et ceux qui aident les réfugiés à quitter le camp et partir seuls vers la frontière autrichienne.
Dimanche soir, sur l’un des passages entre la frontière slovène et autrichienne les émeutes ont éclaté après qu’un chien d’attaque de la police slovène a mordu une réfugiée. En effet, la police utilise les chiens d’attaque pour intimider les réfugiés et faire en sorte qu’ils suivent le passage prévu par la police. Le police a utilisé le gaz lacrymogène et plusieurs réfugiés ont été blessés.
Un peu plus tard, sur un autre point de passage,  après l’annonce de fermeture des frontières pour tous ceux qui ne sont pas syriens, des nouvelles manifestations ont éclaté. Les réfugiés menaçaient de bloquer tout et se mettre en grève de la faim. Les manifestations ont duré de 17h jusqu’au 3h du matin lorsque la police a reculé et a laissé passer.

image

image

image

image

On estime à près de 26000 le nombre de réfugiés entrés en Croatie alors qu’ ils continuent d’arriver de la Serbie chaque jour.

image

Plus au sud, la Grèce et la Turquie ont completement fermé leur frontière continentale, obligeant les réfugiés à passer, comme beaucoup, par la mer vers les îles grecques notamment Lesbos et Kos. Les derniers trois jours il y a eu moins trois naufrages. Le premier vendredi matin où une quinzaine de personnes ont perdu la vie dont une fillette de 4ans. Samedi une fillette de 5ans a été retrouvé sur la plage d’une grecque. Elle a décédé peu après à l’hôpital. Elle se trouvait sur un bateau qui a coulé. 13 personnes sont mortes et 13 portées disparues. Dimanche une autre embarcation a coulé au large de Turquie avec encore une fois une dizaine de morts.
Pour celles et ceux qui arrivent à passer, la suite de périple continuent avec la police grecque et la police macédonienne à affronter en premier.
Aujourd’hui Humain Right Watch a rendu un rapport incriminant la police macédonienne de maltraitance sur les réfugiés. Le rapport stipule que la police macédonienne a eu recours à la violence même contre les enfants dont au moins une dizaine se sont fait tabasser.

image

Finalement, la Hongrie, apres les emeutes de la semaine derniere, a ouvert partiellement sa frontière de horgoš mais seulement pour les réfugiés syriens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s