La grève lancée à la polyclinique

02/09/2015, ladepeche.fr

Les personnels mobilisés affichent «plus de 90 %» de grévistes./Photo DDM Sebastien Lapeyrère
Les personnels mobilisés affichent «plus de 90 %» de grévistes.

«Nous n’avons eu aucune réponse !», regrettaient les grévistes de la polyclinique de Gascogne, hier après-midi. Ils sortaient d’une réunion avec la directrice de l’établissement et (en visio-conférence) avec l’un des responsables du groupe Vitalia, propriétaire de l’établissement. Depuis hier matin, les personnels de la polyclinique ont en effet débuté une grève reconductible. Et «devant le manque de réponse de la direction, la grève est reconduite» aujourd’hui, indique Alain Calmette, l’un des représentants du personnel.

Les raisons de la colère sont multiples. «La principale, c’est le manque de personnel terrible, qui entraîne un manque de sécurité énorme pour les patients, assure Gladys Bonnemaison, infirmière dans l’établissement. Cela fait plusieurs années que ça dure, ça ne peut pas continuer. On a beau être sur pattes à roulette et ne pas manger pendant douze heures, on ne surveille pas les patients comme il le faudrait.» Les salariés demandent donc des embauches… et des embauches durables. Car, «oui, il y a des personnes qui sont arrivées cet été, mais elles sont vite reparties en voyant les conditions de travail et de salaire», reprend l’infirmière.

«Ce n’est pas nouveau»

Car la deuxième revendication porte sur les salaires. «Nous demandons un treizième mois parce que nous avons des salaires de misère, s’emporte Virginie Fouhl, élue au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Nous avons d’ailleurs prévenu la médecine du travail et l’inspection du travail sur ce cas. Bref, ce n’est pas nouveau ! Et ça suffit !»

D’où la reconduction de la grève aujourd’hui. «La direction nous a dit qu’elle négocierait dès le moment où nous reprendrons le travail, témoigne Alain Calmette. Mais on a envoyé des lettres pour expliquer notre malaise dès la fin de l’année 2013. Alors on a du mal à entendre cet argument.»

Les grévistes affichent un taux de personnels mobilisés de «plus de 90 %, ce qui prouve notre malaise», déclare le représentant syndical. Aujourd’hui, leur mobilisation pourrait prendre de nouvelles formes.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s