Le collectif « Vous puez ! » appelle à manifester contre la corruption hors de Beyrouth

L’Orient le Jour, 5 septembre 2015 :

Le principal collectif citoyen à la tête des manifestations contre la classe politique organisées depuis deux semaines à Beyrouth, « Vous puez ! », a appelé à une mobilisation hors de Beyrouth. « La colère populaire contre le système corrompu n’est pas retombée… Les manifestations se poursuivent aujourd’hui et demain dans l’ensemble des régions libanaises », écrit le collectif sur sa page Facebook.

Il a appelé à des rassemblements hier à 18 heures sur la place de Tyr, au Liban-Sud, ainsi qu’à Zrariyé (caza de Saïda-Zahrani). Aujourd’hui, samedi, à la même heure, les militants ont invité les Libanais à manifester à Chtaura, à Beiteddine, ainsi qu’à Nabatiyé et à Marjeyoun.

Jusqu’à présent, les manifestations, déclenchées en raison de la crise des ordures qui dure depuis un mois et demi, se sont concentrées dans la capitale, rassemblant notamment le 29 août quelques dizaines de milliers de protestataires. Mardi, des dizaines de jeunes militants ont occupé pendant près de huit heures les locaux du ministère de l’Environnement pour réclamer la démission du ministre Mohammad Machnouk avant d’en être évacués par la force, une escalade inédite depuis le début de la mobilisation le 22 août. La ferveur des rassemblements est toutefois retombée mercredi et jeudi.

Grève de la faim
Par ailleurs, la grève de la faim entamée mercredi devant le ministère de l’Environnement par une dizaine d’activistes du collectif donne des signes d’essoufflement. Le nombre de grévistes s’élève désormais à 14, en majorité des étudiants universitaires : Ahmad Masri, Ali Hamouche, Aref Sleiman, Hussein Moubarak, Mohammad Awali, Zein Nasereddine, Hassan Koteiche, Mohammad Mogharbal, Moussa Jomaa, Youssef Jurdi, Salah Jbeily, Dani Sleiman, Mohammad Haraké et Bilal Olou.

Mais s’ils affirment ne pas prendre des aliments, les grévistes de la faim continuent de boire et de fumer. « Que chaque personne qui souhaite vivre dans un beau pays, en sécurité, (…) nous rejoigne dans la rue », a lancé l’un d’eux à l’agence. « Les médias accourent à chaque conférence de presse organisée par un groupe inconnu, sans que personne ne se soucie de nous », a-t-il ajouté. Les grévistes ont assuré mener leur mouvement « jusqu’à la mort s’il le faut, afin que nos enfants puissent vivre ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s