Archives quotidiennes : 14/08/2015

Adax licencie au moins 18 personnes

lanouvellerepublique.fr, 14/08/2015

On l’a appris hier : au moins 18 salariés ont été licenciés le 19 juillet de l’entreprise Adax, qui fabrique des friandises pour animaux à Châtillon-sur-Thouet.

Le conditionnement des sticks pour chiens chez Adax.   (Photo archives NR)

Le conditionnement des sticks pour chiens chez Adax.
(Photo archives NR)

Il n’y a pas deux ans, en novembre 2013, nous consacrions un article économique à l’entreprise Adax (basée à Châtillon-sur-Thouet), intitulé « la friandise animale n’est pas aux abois ». Mais force est de constater que la situation positive présentée alors par le directeur, Stéphane Letellier, n’a pas perduré. Car on a appris hier que cette usine, qui fait partie du groupe danois BHJ, ne conserve plus à Châtillon-sur-Thouet (site de la Bressandière) que 5 salariés sur 28.

Cinq refus de départ négocié Lire la suite

Publicités

Manifestations du 14 août en Irak

Quelques images des manifestations du 14 août 2015 en Irak contre la corruption des politiciens, le sectarisme religieux des partis au pouvoir, les coupures d’eau et d’électricité et la misère.

Bassora :

Irak_Bassora

Lire la suite

Vidéo : Place Tahrir de Bagdad le 14 août

Vidéo : Manifestation ce 14 août Place Tahrir à Bagdad contre la corruption des politiciens, le sectarisme religieux des partis au pouvoir, les coupures d’eau et d’électricité et la misère.

Nouvelles manifestations en Irak

Des milliers de personnes ont à nouveau manifesté Place Tahrir à Bagdad ce vendredi 14 août contre la corruption des politiciens, le sectarisme religieux des partis au pouvoir, les coupures d’eau et d’électricité et la misère. Selon le site RUDAW, il y avait au moins 10.000 manifestants ce vendredi à Bagdad. Les manifestants ont rejeté comme des promesses creuses les réformes annoncées par le premier ministre al-Abadi.

Des manifestations ont également eu lieu dans d’autres villes comme à Bassora, Hilla et Kut.

Vive protestation contre la fermeture des Urgences à Firminy

Jeudi 23 juillet 2015, France bleu

A moins que ce soit pour un accouchement, vous ne pourrez plus vous rendre aux Urgences de l’Hôpital Le Corbusier de Firminy la nuit entre 20h le soir et 8h le matin. Il n’y a plus assez de médecins pour assurer les gardes nocturnes.

https://i0.wp.com/static.francebleu.fr/sites/default/files/imagecache/623_remontee/2015/07/23/2501161/images/tof-urgences.jpg

Certains des médecins urgentistes sont en vacances, d’autres en congés maladie et la direction du centre hospitalier ne parvient pas à les remplacer. Cette fermeture écœure une partie du personnel de l’hôpital qui a reçu un soutien massif hier lors d’une manifestation. Plus de 200 personnes étaient présentes devant les urgences.

Les médecins et les infirmiers étaient bien sûr là, mais aussi les pompiers, des élus et plusieurs dizaines d’habitants de Firminy

Lire la suite

Grève générale en Equateur contre la politique du président Rafael Correa

Les Echos | Le 14/08/2015

Après 800 kilomètres à pied, un cortège d’Equatoriens d’origine indienne, parti d’Amazonie, a rallié la capitale, Quito, mercredi. Jeudi, ils allaient se joindre à des syndicats de travailleurs, des retraités, des médecins et des avocats lors d’une grève générale, rapporte le PanAm Post, un quotidien en ligne basé à Miami et traitant l’actualité des Amériques. C’est la protestation de la plus grande ampleur à laquelle le président, Rafael Correa va devoir faire face. Ce sera « un échec patent », a-t-il prophétisé, tout en dénonçant des « tentatives de déstabilisation » et la préparation d’un coup d’Etat contre lui.

Mais cette opposition composite n’a pas l’intention de prendre le pouvoir : elle dénonce seulement une multitude de dysfonctionnements et réclame le retrait de propositions d’amendement de la Constitution. Chacun y va de sa réclamation, énumère le PanAm Post : les avocats déplorent « des pouvoirs législatif et judiciaire […] sous le contrôle absolu de l’exécutif », les retraités dénoncent les coupes dans leurs retraites et les Equatoriens d’origine indienne refusent de nouvelles lois affaiblissant leurs capacités de gestion de l’eau et de leur terre. Ce ras-le-bol intervient alors que les droits fondamentaux des citoyens sont régulièrement bafoués. Depuis 2007, Rafael Correa réprime la société civile : les médias sont censurés et les manifestants traités avec brutalité. Et il compte rester aux commandes : en octobre dernier, la Cour constitutionnelle a autorisé l’amendement de 16 articles, notamment pour que le président puisse assumer un nombre illimité de mandats. Aujourd’hui, c’est cette disposition (ainsi que des hausses d’impôts) qui fédère la société équatorienne contre Rafael Correa.

Manifestation de femmes contre la guerre à Istanbul

Le 13 août, les femmes sont à nouveau descendues dans les rues du quartier Kadikoy à Istanbul pour dénoncer la guerre et les frappes militaires de l’armée turque au Kurdistan.

Lire la suite