La Seyne : « On a le droit de ne pas être d’accord avec la direction »

La Marseillaise, 18 juillet 2015 :

Rassemblement de soutien, devant l’entreprise seynoise des CNIM , à un délégué du personnel menacé de licenciement. Pour avoir simplement « joué son rôle ».

Trois « pour », quatre abstentions et un « contre » : le comité d’entreprise (CE) des CNIM a donc exprimé un avis défavorable quant au licenciement de Michaël De Gaetano, représentant du personnel CGT. La direction s’entêtera-t-elle à porter le dossier devant la Direccte du Var ? Ou comme l’y invitait encore hier matin, à l’occasion d’un rassemblement devant l’entreprise seynoise, Hervé Fechino (UD CGT), décidera-t-elle d’en rester là ?

Impossible pour l’heure de le savoir précisément puisque du côté des CNIM on « n’avait personne sous la main » pour répondre à ces interrogations. Il faut dire que les décideurs ne s’illustrent pas ici par leur promptitude à communiquer concernant la question sociale. Selon les informations dont dispose la CGT, l’entreprise n’aurait pas fait mystère de son intention de poursuivre la procédure.

Plus loquace sur le sujet, l’UD CGT avait, elle, organisé une manifestation de solidarité ce jeudi avant que ne se tienne le CE.

« Nous sommes là pour soutenir Michaël De Gaetano », lance Hervé Fechino. « Que lui reproche-t-on ? », poursuit-il avant d’indiquer aussitôt : « D’avoir joué son rôle de DP et d’avoir osé témoigner devant l’inspecteur de la CPAM. » L’élu CGT avait en effet indiqué à ce dernier qu’un de ses collègues avait subi des pressions de la part de l’encadrement.

Et pour cela, « l’entreprise considère qu’il a été déloyal », souligne le syndicaliste au micro. Or, n’en déplaise au patronat, « un certain nombre d’articles du Code du travail donnent à Michaël De Gaetano la possibilité d’intervenir ». Et, au risque de la heurter, « de ne pas être d’accord avec la direction ».

Des licenciements « injustifiés »

Déterminée à ne pas laisser entériner ce licenciement dans lequel elle voit « une atteinte à la liberté syndicale, à la liberté d’expression et à la liberté d’intervention », la CGT annonce qu’elle « accompagnera » Michaël De Gaetano jusqu’au bout. Y compris, si la situation l’exige, « jusque devant le tribunal », comme c’est déjà le cas pour d’autres salariés des CNIM dont les licenciements, jugés « abusifs et injustifiés » par l’organisation syndicale, sont actuellement examinés par les Prud’hommes.

Les manifestants étaient hier rejoints par des militants PCF et LO, ainsi que les deux élus municipaux seynois (PCF) Robert Teisseire et Christian Barlo. Tandis que le NPA apportait également son soutien à travers un communiqué.

Aucune trace en revanche des autres syndicats (FO et CGC) de l’entreprise, pourtant interpellés par la CGT, mais visiblement aux abonnés absents.

Quoi qu’il en soit, Hervé Fechino n’a pas manqué de faire le lien avec la journée nationale contre les discriminations syndicales au cours de laquelle des initiatives seront organisées dans tous les départements. Pas du luxe par les temps qui courent et au moment où « les lois sur le dialogue social et Macron entendent priver les salariés du droit de s’exprimer et de se défendre ».

Une réponse à “La Seyne : « On a le droit de ne pas être d’accord avec la direction »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s