Archives quotidiennes : 11/07/2015

Manifestation à Falaise contre la fermeture de la maternité

Ouest France, 11 juillet 2015 :

Samedi 11 juillet, une marche de contestation de la fermeture de la maternité de Falaise partait de l’hôpital pour finir devant l’hôtel de ville.

À 11 h, place Belle-Croix, de petits groupes parcourent les stands ensoleillés du marché lorsque résonnent, du bout de la rue de la Pelleterie, des klaxons et des cris.

Lire la suite

Publicités

Manifestation à Athènes contre l’austérité

Alors que Tsipras proposait un nouveau plan d’austérité malgré le « non » massif de la population, plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi 10 juillet à Athènes.

« It’s a beautiful day in South Carolina »

Vendredi 10 juillet, des centaines de personnes ont acclamé le retrait officiel du drapeau confédéré devant le capitole à Columbia (Caroline du Sud). Drapeau de combat des troupes sudistes soulevées pour le maintient de l’esclavage lors de la guerre de sécession, ce drapeau flottait depuis 54 ans comme un des drapeaux officiels en Caroline du Sud. C’est en effet en 1961 que le drapeau confédéré a de nouveau flotté officiellement en Caroline du Sud pour protester contre le mouvement des droits civiques et l’égalité en droit entre habitants noirs et blancs.

The Confederate battle flag was lowered from a pole on the grounds of the South Carolina Capitol Friday, July 8, 2015, ending more than 50 years of the banner flying at the property. The flag will go to a state military museum about a mile down the road, where it will be exhibited.

Symbole d’abord des Etats esclavagistes puis drapeau utilisé par le Ku Kux Klan et tous les mouvements racistes contre le combat des Noirs pour l’égalité, cela fait des décennies que les anti-racistes revendiquent son retrait des bâtiments officiels. C’est aujourd’hui chose faite en Caroline du Sud.

Lire la suite

La grève à l’AFP suspendue jusqu’à mercredi

AFP, 10 juillet 2015 :

La grève entamée mardi à l’AFP a été suspendue vendredi jusqu’au mercredi 15 juillet, veille d’un comité d’entreprise (CE) où le PDG de l’Agence, Emmanuel Hoog, doit présenter officiellement son projet de dénonciation de la totalité des accords sociaux.

Une nouvelle assemblée générale (AG) doit avoir lieu mercredi à 14H30 pour décider ou non de la poursuite du mouvement qui a fortement perturbé les services de l’AFP durant trois jours. Ceux-ci ont repris normalement vendredi après-midi.

Lire la suite

Mouvement de grève chez les salariés d’Ikea en Italie

Ecostrum, 10 juillet 2015 :

Trois syndicats italiens, la Confédération générale italienne du travail (CGIL), la Confédération italienne des syndicats de travailleurs (CISL) et l’Union italienne du travail (UIL), appellent vendredi 10 juillet 2015 les 6 000 employés d’Ikea italie (28,7 mrds de chiffre d’affaires global dont 1,5 mrds € dans la péninsule) à la grève samedi 11 juillet. Il s’agit du premier mouvement de grève auquel doit faire face le fabriquant suédois en vingt-six ans.

Cette annonce intervient en réaction à la décision  » unilatérale » de la direction d’Ikea Italie de revoir le « contrat collectif complémentaire » de l’entreprise. Celui-ci organise la protection sociale complémentaire du salarié, à savoir la retraite complémentaire, la couverture en cas de maladie, d’incapacité de travail, de décès, ainsi que l’épargne salariale.

Lire la suite

Manifestation à Athènes contre le recul de Tsipras

L’Humanité, 11 juillet 2015 :

Ce devait être une fête populaire du « non », c’est devenu un rassemblement militant pour dénoncer le « recul » de Tsipras. Ce vendredi 10 juillet au soir, alors que les députés débattaient à la Vouli du mandat de négociation du gouvernement grec à l’Eurogroupe et au Conseil européen du 12 juillet, échéances cruciales pour le pays, quelques milliers de personnes se sont rassemblées, place Syntagma, dans une ambiance plutôt tendue.

L’essentiel des troupes était composé des syndicalistes du PAME et des étudiants du MAS, liés au Parti communiste grec (KKE), qui avait appelé, le 5 juillet, à l’abstention, des trotskystes d’Antarsya et dans une moindre mesure de militants de Syriza situés à la gauche du parti. C’est dans les rangs du KKE, où l’on dénonce la « trahison », maintes fois annoncée, de Tsipras, que les propos sont les plus durs. « Comme prévu, Syriza capitule et tourne le dos aux travailleurs qui souffrent de l’austérité », s’indigne Panayotis Talabekos, restaurateur, membre du PAME. Du côté d’Antarsya, qui avait appuyé le choix du référendum et milité activement pour le « non », on se montre tout aussi critique. « Nous continuons à nous battre contre tout nouveau mémorandum, après ce vote massif contre l’austérité, contre les diktats de l’UE et du FMI, insiste Yanis Sifakakis, de la coordination du parti d’extrême-gauche. Syriza veut transformer notre ‘non’ en ‘oui’ et céder aux créanciers. Il faut aller de l’avant, plutôt que de battre en retraite ! ».

Lire la suite