Metz : Colère des ouvriers de France Transfo

Le Républicain Lorrain, 16 juin 2015 :

Après la fermeture annoncée du site de Marange-Silvange, dont l’activité est délocalisée en Pologne, les salariés de France Transfo montent d’un ton. Alors que le plan social coince, ils s’inquiètent pour l’avenir des autres sites locaux.

’image a évidemment valeur de symbole. Mais elle est particulièrement violente pour Schneider Electric. 14h, hier, devant la préfecture de Région. Plusieurs salariés de France Transfo, filiale lorraine de l’équipementier électrique, mettent le feu à des tee-shirts noirs à l’effigie du groupe. « Vive le made in France ! », crie avec amertume l’un d’eux.

Le 12 mai dernier, ils apprenaient la délocalisation en Pologne d’une partie de leur activité. A la clé, la suppression de 90 postes et la fermeture d’un des trois sites mosellans de la filiale : la chaudronnerie de Marange-Silvange. Très calmes depuis, les employés sont passés, hier, à la vitesse supérieure en lançant un mouvement de grève et leur première action. Suivis par près de 80 % des 497 salariés des trois sites lorrains (Maizières-lès-Metz, Ennery et Marange-Silvange) assurent les syndicats. « On commence à taper là où ça fait mal pour Schneider Electric, c’est-à-dire à l’image », confie en aparté un représentant du personnel avant de s’engouffrer en préfecture avec l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et CFTC. Elle y est reçue pendant près d’une heure par le secrétaire général et un fonctionnaire de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi).

A l’extérieur, les salariés expriment leur incrédulité. « On nous a versé 10 % de participation l’an dernier. Cela prouve bien qu’on est rentables », lâche l’un d’eux, brandissant une pancarte « rien que le fric ! » Autour de lui, des plieurs, soudeurs, assembleurs ou techniciens de maintenance à Marange étalent leur dépit : « On nous a dit qu’on coûtait 35 € l’heure, contre 8 € en Pologne. »

Depuis le lendemain de l’annonce de la fermeture, en février, de leur chaudronnerie, ils refusent de regagner leur poste de travail. Plus l’envie. La plupart disent errer sur ce site devenu fantôme pendant les 7h20 de présence quotidienne qu’ils doivent effectuer. Certains évoquent le mal-être inquiétant qui habite quelques-uns de leurs collègues…

De nouvelles craintes

Ne répondant à aucune sollicitation médiatique depuis le début du conflit social, la direction semble aussi aux abonnés absents auprès des salariés de Marange. Si le directeur de France Transfo s’est rendu une fois sur place pour les rencontrer, personne de Schneider Electric ne s’y est risqué. Il est vrai que le plan social semble démarrer sur de mauvaises bases : « Avant d’évoquer les mesures d’accompagnement, la direction souhaite mettre dans la balance une nouvelle organisation, avec l’annualisation du temps de travail », expliquent, dépités, les représentants syndicaux. Bien décidés à obtenir des « mesures d’accompagnement à la hauteur », ils aimeraient avoir aussi des garanties d’avenir pour les autres sites. « Nos outils sont obsolètes et les investissements se font aujourd’hui à l’étranger », regrettent les syndicats, qui voient d’un mauvais œil la construction à 20 M€ d’une 9e usine Schneider Electric en Russie. Elle sera spécialisée sur le créneau des transformateurs électriques secs (c’est-à-dire sans huile) destinés aux réseaux de moyenne tension industriels et d’infrastructures. Comme à Ennery… De quoi attiser les craintes. « La chaudronnerie puissance est partie en Turquie il y a trois ans, les circuits magnétiques il y a six mois en Italie », soupire un salarié. Avant un premier plan social en 2005, l’entreprise comptait près d’un millier de salariés. Après la finalisation du second, il en restera moins de 400.

Publicités

Une réponse à “Metz : Colère des ouvriers de France Transfo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s