Renault Trucks : 1 000 cadres et techniciens manifestent

(Le progrès)

/ Photo d'archives Richard Mouillaud

« Trahison », « colère », « dégoût » sont les mots qui reviennent dans la bouche des salariés de Renault Trucks. Environ 1000 cadres et techniciens sont en grève ce mardi sur le site de Vénissieux pour refuser un nouveau plan social qui prévoit la suppression de 512 postes et, au final, 200 licenciements secs.

Rejoints par des collègues de Saint-Priest, ces manifestants « col blancs » ont fait une démonstration de force à hauteur de l’inquiétude qui les anime. « «Nous sommes fiers des produits fabriqués, mais aujourd’hui, c’est la misère. Le gouvernement et les politiques qu’ils soient de droite ou de gauche, doivent prendre la mesure de ces fonds activistes qui entrent au capital d’entreprises et les découpent en petits morceaux», souligne Olivier Porret, délégué syndical CFE-CGC, le syndicat majoritaire, à propos de Cevian.

L’annonce d’un nouveau plan de sauvegarde de l’emploi – le précédent date de l’an dernier – chez Renault Trucks SAS, filiale du groupe suédois Volvo en France, a été faite le 26 avril dernier.

Ce mardi, la grève coïncide avec la tenue d’un Comité central d’entreprise à l’issue duquel les salariés s’attendent à connaître quels sont les postes supprimés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s