Centre social des Fontaines (Tours) : la fermeture ne passe pas

La Nouvelle République, 7 juin 2015 :

Le 30 juin, suite à une décision de la municipalité, le centre social des Fontaines fermera ses portes. Les professionnels et les usagers ont manifesté hier.

Ils étaient une cinquantaine à s’être rassemblés, hier, à l’appel de la CGT, sur les marches de l’hôtel de ville de Tours. Ils entendaient, par ce geste, marquer leur désapprobation à la suite de la fermeture annoncée du centre social des Fontaines le 30 juin. C’est une conséquence du non-renouvellement de la convention liant la ville à l’association Léo-Lagrange, qui gérait le centre depuis 2002.

Alexandra Shalk-Petitot, ajointe chargée de l’action sociale, explique cette décision par le fait que « le projet présenté par l’association ne correspondait pas aux besoins » du quartier.

Un avenir incertain

« En soi-même, mettre en concurrence diverses structures lors d’un renouvellement de contrat n’est pas choquant », fait remarquer Stéphane Deplobin, secrétaire de l’UD CGT, qui soutient le mouvement de protestation. « Par contre, le fait qu’on laisse ce quartier, qui a le plus grand besoin d’action sociale, sans projet est scandaleux. Il faut absolument le maintien de ce service public. »

De fait, plus encore que la mise au chômage de dix-neuf personnes au 30 juin, qui va être la conséquence de la fermeture, c’est la question de l’avenir de l’action sociale aux Fontaines, à la Bergeonnerie et Rochepinard qui inquiète le plus les acteurs sociaux et les usagers. « Il ne fallait surtout pas prendre cette décision-là pour ce quartier, qui souffre déjà d’un manque d’action sociale », s’insurge Emmanuel Denis, conseiller municipal EELV, venu soutenir la manifestation.

« Le pire, c’est qu’on ne sait pas si une structure reprendra le flambeau », explique Guillaume Bottemine, responsable des actions jeunesse au centre Léo-Lagrange. « On ne peut pas laisser comme ça dans l’incertitude des enfants à un mois des vacances. »

Des usagers partagent cette inquiétude : « Je ne comprends pas, proteste Alice. Il y avait quelque chose de cohérent qui fonctionnait bien depuis des années, qui était implanté dans la durée, et on le supprime ! Et pour le remplacer par quoi, si même on le remplace ? J’étais ravie des activités suivies par mes enfants, originales, variées et sérieuses. Ceux qui ont pris cette décision sont des gens qui n’ont jamais dû avoir besoin de ce type de service public. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s