Elections sous tension en Turquie

Selon les sondages, le HDP (Parti Démocratique des Peuples) pourrait dépasser la barre des 10% et entrer au parlement lors des élections législatives du 7 juin en Turquie. Coalition regroupant le parti kurde BDP (Barış ve Demokrasi Partisi) et des organisations de gauche ou d’extrême-gauche de Turquie comme le Yeşiller ve Sol Gelecek Partisi, le Devrimci Sosyalist İşçi Partisi ou le Emek Partisi, le HDP indique défendre un programme «à l’opposé de l’ultralibéralisme et de l’islamisme de l’AKP, mais aussi à l’opposé du nationalisme, point commun de tous les partis politiques en jeu». On y trouve donc des revendications de type syndicale, pour le droit des femmes (ainsi le HDP indique : « Nous condamnons sans équivoque la polygamie et les mariages forcés ») ou des minorités kurdes, alévis ou arméniennes.

Sorte de « Front de Gauche » en Turquie, il ne s’agit pas de transformer le HDP en parti communiste révolutionnaire ni de cacher les divergences. Il n’empêche que le HDP mobilise un certain nombre de militantes et de militants défendant des valeurs progressistes face aux réactionnaires de l’AKP et aux nationalistes. Et si le HDP obtient des députés ce sera au détriment de l’AKP du président Erdogan.

Il est en ce sens impossible d’écarter la thèse de l’attentat délibéré  pour les « deux explosions d’origine indéterminée » (selon la presse) qui ont fait deux morts et une centaine de blessés lors d’un meeting du HPD vendredi 5 juin à Diyarbakir. La première version, celle de « l’accident électrique », est d’ailleurs déjà abandonnée. Il faut dire que la police a immédiatement réagit après l’attentat : les sympathisants du HDP ont été dispersés avec du gaz lacrymogène et des canons à eau.

Ce n’est pas non plus la première fois pendant cette campagne que le HDP et ses militants ont été victimes de violences. Mercredi soir, le chauffeur d’un car portant les couleurs du HDP a été tué à Bingol par des tirs d’arme à feu. Le mois dernier, deux explosions s’étaient produites aux quartiers généraux du HDP à Adana et à Mersin faisant plusieurs blessés.

Quelques soient les divergences que l’on peut avoir avec le HDP et sa stratégie électorale, il va de soit que l’on ne peut qu’être solidaire avec ses militantes et militants face à ces actes d’intimidation terroriste venant probablement de cercles réactionnaires islamistes et/ou nationalistes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s