Gravelines: Ajinomoto en grève

Nord Eclair, 5 juin 2015 :

Depuis mercredi, les salariés d’Ajinomoto sont en grève. En cas de reprise de leur usine par Hyet Sweet (réponse le 16 juin), ils réclament une garantie financière à leur direction actuelle, au cas où le repreneur viendrait à mettre la clé sous la porte dans les deux années à venir.

Compte fiducie. Traduisez : capital bloqué qui garantirait à des salariés d’être indemnisés en cas de licenciement économique ou de liquidation judiciaire du futur repreneur.

Concernant le site gravelinois du fabricant d’aspartame Ajinomoto, cet éventuel repreneur, le seul à ce jour depuis le retrait de l’offre du Chinois Changmao , a pour nom Hyet Sweet, distributeur (et non producteur) néerlandais d’aspartame, qui se serait engagé à reprendre la totalité des 98 salariés de l’usine. « Le chiffre d’affaires de Hyet Sweet n’est rien comparé à celui du groupe Ajinomoto. Les salariés sont d’autant plus inquiets qu’aucun PSE n’a été négocié, et c’est pour cela que nous souhaitons obtenir une garantie financière d’Ajinomoto au cas où Hyet Sweet mettrait la clé sous la porte au bout de six mois ou un an », revendiquent d’une même voix Eddy Dupuy (CGT) et Vincent Ghys (CFDT).

En clair, la somme que réclame l’intersyndicale à Ajinomoto, en l’occurrence 10 millions d’euros, serait bloquée sur un compte pendant un maximum de trois ans. « Et si tout se passe bien pour le repreneur, Ajinomoto pourra récupérer ce capital bloqué au bout de trois ans », illustre l’intersyndicale CFDT-CGT. Seul hic : cette proposition a été refusée par le groupe japonais, qui souhaite attendre le 16 juin, jour où il donnera sa réponse à Hyet Sweet, pour engager d’éventuelles négociations à propos d’un compte fiducie. D’où le mouvement de grève déclenché mercredi, à 17 h, qui pourrait s’étaler au moins jusqu’à mardi. « Si notre groupe accepte l’offre d’Hyet, c’est qu’il estime qu’elle est fiable. Si Ajinomoto est sûr de son coup, il ne prendrait aucun risque en nous accordant un compte fiducie », justifient les syndicats.

Après avoir distribué des tracts sur le marché de Gravelines ce vendredi matin, et rencontré le maire, Bertrand Ringot, qui les a assurés de son soutien, les salariés d’Ajinomoto iront manifester lundi devant les bureaux parisiens de leur direction. « Histoire de montrer notre détermination à notre président, M. Inamori », conclut l’intersyndicale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s