Puy-en-Velay : les agents de la collecte des ordures en grève

Mon 43, 29 mai 2015 :

À l’initiative du syndicat CGT, les salariés de la collecte des déchets, sur la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay, ont cessé le travail depuis ce mardi 26 mai. Ils demandent une revalorisation salariale et la reconnaissance de la pénibilité de leurs missions.

Depuis cinq heures du matin ce mardi, les agents de la collecte des ordures ménagères de l’Agglo du Puy-en-Velay tiennent un piquet de grève devant le service de la collecte, zone artisanale de Taulhac. « Nous avons 100% de grévistes ches les agents titulaires, conducteurs ou ripeurs », soutient Pierre Marsein, secrétaire départemental de la CGT. Les salariés, qui ont lancé leur préavis de grève il y a un peu plus d’une semaine, demandent une revalorisation salariale « que nous n’obtenons pas », renâcle Félix Morin, employé depuis 15 ans.

« Des petites bêtes blanches plein le camion »

Les agents de la collecte des déchets revendiquent le maintien de la qualité du service public et la reconnaissance de la pénibilité de leurs missions. Pierre Marsein, qui alerte sur « la réduction des effectifs », note qu’ « un camion a récemment été supprimé pour optimiser les récoltes ». Quant à la pénibilité, « elle vaut à la fois pour les conducteurs que pour les ripeurs », reprend Félix Morin. « Certaines personnes se plaignent de maux aux épaules, aux reins. Il y a aussi des problèmes liés à l’environnement. Lorsque nous ramassons certains secteurs une fois par semaine, des petites bêtes blanches dans les bacs alimentaires, il y en a plein le camion ». Les agents indiquent qu’ils poursuivront leur mouvement s’ils ne sont pas entendus.

Michel Joubert : « Cela ne peut pas se faire à la seconde »

Contacté par nos soins, Michel Joubert, président de la Communauté d’agglomération, informe que « les agents ont été rencontrés il y a trois semaines. Nous avons trouvé des points d’accord mais sur d’autres, cela nécessite un examen technique et financier plus approfondi. Cela ne peut pas se faire à la seconde. Nous leur en feront part le moment venu ». Michel Joubert ajoute qu’il se dit « prêt, si besoin, à rencontrer les agents dans la journée ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s