PSA : Déclaration CGT au CCE sur le congés séniors

Déclaration de la CGT lors du Comité Central d’Entreprise de PSA du 20 mai sur le congés séniors :

Le congé sénior de 60 mois, appliqué à l’ensemble des usines, aurait représenté une réelle préretraite et aurait permis des embauches réelles de jeunes pour remplacer les départs. C’est pourquoi la CGT avait signé le premier accord dans ce sens.

Dans la réalité, cette mesure est utilisée par la direction pour vider les usines concernées (Rennes, Poissy et Saint-Ouen).

Cette volonté de suppressions massives d’emplois est confirmée dans le texte soumis au CCE qui précise que Rennes, Poissy et Saint-Ouen continuent à être confrontés «  à des prévisions de sous-activités ».

Pourtant, les changements présentés sur les mesures du plan sénior ne visent qu’à faire des économies sur le dos des salariés qui pourraient partir dans ce cadre à partir du 1er juin :

Ainsi 5 mois après le début du plan en cours, la direction entend en faire chuter les conditions, de façon drastique :
Le salaire de dispense d’activité passerait de 75% du salaire de référence à70%. Le maintien des 75% pour Poissy et Saint-Ouen est un leurre. Il ne concerne que les Salaires Mensuels de Référence compris entre 2400 et 2500 €.

La majoration de l’IDVR passerait :
De 75% à 20% pour un congé sénior de plus de 48 mois.
De 50% à 20% pour un congé sénior de 48 mois ou moins.

Ces modifications auraient comme conséquence :
-Pour un OPUEP de 20 ans d’ancienneté avec un salaire de référence de 2500 €, pour une dispense d’activité de 60 mois, c’est 6500 € de perte cumulée sur 5 ans, ramenant le salaire de dispense d’activité à 1375 € net !
– Pour un PRO de 38 ans d’ancienneté avec un salaire de référence de 2900 €, pour une dispense d’activité de 15 mois, c’est 6000 € de perte cumulée sur seulement 15 mois.

A une autre échelle, le plan sénior de Philippe VARIN a été maintenu, avec 300 000 € annuels, c’est à dire 25 000 € mensuels pour 5 années d’ancienneté ainsi que celui de Jean-Martin Folz à hauteur de 800 000 €.

Ces reculs sur ces mesures vont inévitablement remettre en cause des départs de salariés âgés dans les trois usines concernées.

Il est nécessaire de mettre sur pied un véritable plan de pré-retraite pour les anciens avec une embauche d’un jeune en CDI pour un départ afin de garantir le maintien de l’emploi et de meilleures conditions de travail pour l’ensemble des salariés.

La CGT donne un avis défavorable.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s