La grève continue dans l’automobile à Bursa

Ce 19 mai 2015, la grève se poursuit dans quatre usines automobiles et métallurgiques à Bursa (Turquie). Plus de 15.000 ouvriers des usines Renault, Tofas, Coskunöz et Mako sont en grève pour les salaires.

Ouvriers en grève à l'usine Tofas de Bursa

Ouvriers en grève à l’usine Tofas de Bursa

Patrons et autorités renforcent de leur côté les pressions et intimidations contre les grévistes. Le 18 mai, les forces de police sont apparues devant l’usine Renault et ont déclaré qu’elles interviendraient si des ouvriers d’autres usines venaient manifester leur solidarité. A Renault, le patron a déclaré qu’il aurait déposer une plainte contre les grévistes pour faire évacuer l’usine. A Çoşkunöz, le patron a fait couper l’alimentation en eau et en électricité de l’usine pour que les ouvriers ne puissent plus utiliser les toilettes.

Mais à Bursa comme dans d’autres villes, les déclarations de solidarité avec les grévistes se multiplient. Les ouvriers en grève ont ainsi reçu ce 19 mai le soutien des universitaires de la ville qui déclarent dans une pétition publique : « Nous déclarons que nous sommes aux côtés des ouvriers de Renault et de tous les travailleurs de la métallurgie dans leur juste lutte pour les revendications de tous les métallurgistes ».

Rassemblement de syndicalistes de KESK en soutien aux grévistes de Bursa (Istanbul, 18 mai)

Rassemblement de syndicalistes de KESK en soutien aux grévistes de Bursa (Istanbul, 18 mai)

La veille, c’est le syndicat KESK de la fonction publique qui a affirmé sa complète solidarité avec les grévistes de Bursa. A Izmir, la résistance des ouvriers de Bursa est suivie et discutée par les travailleurs de la sidérurgie qui se posent la question de rejoindre le mouvement. Des discussions similaires ont lieu dans plusieurs usines à travers le pays. Et c’est bien ce que craignent patrons et politiciens à leur service, que la grève des ouvriers de Bursa soit une étincelle qui déclenche une lutte massive de toute la classe ouvrière en Turquie.

Les ouvriers en grève de Bursa, eux, sont plus que jamais déterminés. Plus de 4.000 travailleurs ont déjà quitté le syndicat jaune TURK-IS et devant les portes de l’usine Tofas, les ouvriers scandent : „Ölmek var, dönmek yok“ (« On peut mourir, on ne peut pas reculer »).

 

Une réponse à “La grève continue dans l’automobile à Bursa

  1. Pingback: LabourNet Germany: Treffpunkt für Ungehorsame, mit und ohne Job, basisnah, gesellschaftskritisch » Immer mehr türkische Metaller im Streik – Gewerkschaftsboss fordert ein Ende damit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s