France Champignon : grève et manifestation au menu

La Nouvelle République, 13 mai 2015 :

Les salariés du site thouarsais, promis à la fermeture en 2016, sont en grève jusqu’à nouvel ordre. Ils ont manifesté hier et défileront de nouveau vendredi.

Le ton est monté d’un voire plusieurs crans hier entre les salariés de France Champignon et leur direction, qui a décidé de fermer le site de Thouars en juin 2016, supprimant ainsi 138 emplois (avec 77 propositions de reclassement). Les négociations en cours dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sont loin de donner satisfaction aux représentants du personnel.

Ces derniers ont ainsi demandé à ce que la date de la prochaine réunion, prévue lundi 18 mai prochain, soit avancée. La direction a refusé hier matin, précipitant la décision collective des salariés de se mettre en grève. Une grève très largement suivie par l’ensemble des 138 salariés, mais également par les intérimaires.

Maintenir la pression

Dans la foulée, hier après-midi, une cinquantaine de salariés ont prolongé la mobilisation par un défilé dans les rues du centre-ville de Thouars, en passant notamment par la mairie. « Les négociations sont vraiment très compliquées, commente Samuel Fragnet, délégué syndical CFDT. Les propositions de la direction sont encore largement insuffisantes et le refus d’avancer la date de la réunion n’augure rien de bon. La direction a promis de nouvelles propositions pour le 18 mai. Mais elle doit comprendre qu’il faut absolument se rapprocher de nos demandes. »

Pour maintenir la pression, les salariés ont voté la poursuite de la grève ce mercredi. Sauf revirement de situation, la grève a toutes les chances de se poursuivre jusqu’à lundi, date de la fameuse réunion. D’autant que la CFDT appelle la population à se joindre aux salariés, vendredi matin jour de marché (à 10 h sur la place Flandres-Dunkerque), pour une nouvelle manifestation. « Nous sommes prêts à faire des compromis sur certains critères du plan social, indique Samuel Fragnet. Mais sur d’autres, nous serons intransigeants. » Pas question notamment, pour les salariés, de faire la moindre concession concernant la prime supra-légale (35.000 € demandés alors que la direction propose 22.000 €). Ni sur les préretraites (trois ans demandés, deux ans proposés), ni sur les indemnités et les aides à la mobilité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s