Manifestation à Paquetville

(Acadie nouvelle)

L’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet. – Archives

L’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet. – Archives

PAQUETVILLE – Même s’ils n’étaient pas nombreux, des membres du Syndicat canadien de la fonction publique ont manifesté lundi matin à Paquetville pour dénoncer la privatisation de services non médicaux dans les hôpitaux du Nouveau-Brunswick.

Cinq employés touchés par cette mesure se sont rassemblés devant le bureau de Denis Landry, député libéral de Bathurst Est-Nepisiguit-Saint-Isidore pour exprimer leur mécontentement. Ils craignent pour l’avenir de leur emploi.

Ils ont l’intention d’affirmer leur frustration chaque lundi devant le bureau d’un député du nord-est de la province. Lundi prochain, ils seront devant le bureau de Serge Rousselle, député de Tracadie-Sheila.

Le gouvernement de Brian Gallant a récemment annoncé son intention de privatiser les services son médicaux comme la gestion des services alimentaires, l’entretien et le transport de patients. À la fin avril, les régies de la santé, Vitalité et Horizon, ont avisé les employés de ces secteurs qu’ils pourraient être mis à pied.

«Nous voulons rencontrer les ministres pour leur faire savoir que nous sommes contre la privatisation», souligne Joseph Lanteigne, président de la section 871 du syndicat, qui représente les employés de Bathurst, Caraquet, Tracadie et Lamèque.

Joseph Lanteigne supervise l’entretien ménager à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet depuis plusieurs années. Contrairement aux élus, il n’a pas l’impression que ces changements permettront au gouvernement de réaliser des économies.

«Quand une entreprise privée vient s’installer, elle ne vient pas pour créer de l’emploi, elle vient chercher de l’argent», déplore-t-il.

Le syndicaliste se demande quels sont les objectifs ultimes du gouvernement.

«Je n’arrive pas à comprendre quelles économies le gouvernement va réaliser quand une entreprise vient chercher des profits.»

Quant aux services alimentaires, Joseph Lanteigne craint que les aliments soient remplacés par des repas congelés allant au four à micro-ondes.

«Si le service alimentaire change, on peut arriver avec des repas genre TV Dinner. Ça m’inquiète un peu. Nous avons des diététistes dans les hôpitaux. Si on arrive avec des soupes congelés avec beaucoup de sodium, ce n’est pas bien pour les patients nécessairement.»

Ce petit rassemblement survient un peu plus d’une semaine après une importante manifestation à Moncton qui a rassemblé près de 400 syndiqués de la fonction publique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s