Manifestation du 1er Mai à Ouagadougou

APA, 1er Mai 2015 :

Les syndicats des travailleurs burkinabè, à l’occasion de la célébration de la journée internationale du travail, ont organisé ce 1er mai à Ouagadougou, une marche-meeting au cours de laquelle ils ont appelé le gouvernement à trouver des solutions aux revendications des travailleurs, notamment la lutte contre la vie chère et la réduction du prix des hydrocarbures.

L’Unité d’action syndicale (UAS), regroupement d’environ 30 syndicats de travailleurs burkinabè, a remis à l’occasion, une plate-forme revendicative au ministre de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, Pr Augustin Loada.

Le document comportant les doléances des travailleurs lui a été remis par Yamba Gorges Koanda, président du mois et secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs du Burkina (USTB), accompagné de ses paires.

Le ministre Loada qui était accompagné par sept de ses collègues, a affirmé que le « gouvernement de la Transition, issu de l’insurrection populaire, est au courant des préoccupations des travailleurs burkinabè ».

« Nous avons reçu la plate-forme revendicative qui vient s’ajouter à d’autres plates-formes que nous avons trouvées, celles de 2014, 2013, auxquelles s’ajoutent d’autres plates-formes spécifiques », a-t-il souligné.

A entendre le ministre, le gouvernement est très attentif aux revendications des travailleurs. « Nous allons travailler à répondre favorablement aux préoccupations en tenant compte bien entendu des moyens qui sont à notre disposition », a-t-il indiqué.

Après la remise du cahier de doléances aux autorités, les travailleurs ont effectué une marche à travers des artères de la capitale burkinabè, suivi d’un meeting, à la place de la Révolution.

Le meeting a été ponctué par le discours du Vice-président de la Confédération général du travail du Burkina (CGT-B), Chrysogone Zougmoré et par celui du président du mois de l’Unité d’action syndicale, Yamba Georges Koanda.

Revenant sur la vie chère, Chrysogone Zougmoré, a rappelé que « la situation est aujourd’hui encore aggravée par des coupures intempestives d’eau et d’électricité, qui plongent les populations dans le désarroi et poussent bien d’acteurs des secteurs formels et informels au bord de la faillite ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s