1er Mai 2015 en Suisse

RTS, 1er Mai 2015 :

Des milliers de manifestants ont bravé la pluie vendredi pour participer à la Fête du travail. Le franc fort, l’avenir des rentes et les conditions de travail ont été au centre des interventions.

1m15Bale

Ils étaient 10’000 à défiler à Zurich, 1300 à Bâle et 800 à Genève. Dans l’ensemble, les manifestations se sont déroulées pacifiquement, hormis les quelques traditionnels poches de peinture et pétards lancés contre des banques dans la première ville de Suisse.

Le 1er mai était placé cette année sous le signe de la justice sociale. La crise du franc déclenchée le 15 janvier dernier débouche sur un programme malsain, a lancé Paul Rechsteiner, président de l’Union syndicale suisse (USS) à Romanshorn (TG).

125 ans de lutte

La fête du 1er mai, qui célèbre en Suisse son 125e anniversaire, est l’occasion de rappeler la nécessité de poursuivre la lutte pour de meilleures conditions de travail. Aujourd’hui, il faut plus que jamais de défendre la justice sociale, selon l’USS.

Au vu de la surévaluation du franc, nombre de patrons n’hésitent pas à répercuter les charges sur le personnel avec des salaires en euros illégaux, des baisses de salaires, des délocalisations et l’allongement de la durée du travail, a encore dénoncé l’USS.

Premier défilé en 1890

Il y a 125 ans, les ouvriers descendaient dans la rue pour la première « journée internationale des travailleurs et travailleuses ».

La 2e Internationale socialiste avait appelé un an plus tôt à manifester pour une journée de travail de huit heures.

En Suisse aussi, les ouvriers ont réclamé le 1er mai 1890 des horaires allégés.

Le pays est l’un des rares, en Europe, avec une tradition ininterrompue de célébrations du 1er mai, selon le « Dictionnaire historique de la Suisse ».

Le SEV vise le bloc bourgeois

Pour Giorgio Tuti, président du Syndicat du personnel des transports (SEV), les représentants des travailleurs font face à un bloc bourgeois et des milieux économiques qui n’ont de cesse de vouloir augmenter leurs profits.

Et de rappeler que son organisation est aux prises avec la Confédération pour éviter le dumping salarial (3600 francs par mois) aux conducteurs de locomotives de l’entreprise Crossrail.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s