Durée record pour la grève de Radio France

Le Monde, 8 avril 2015 :

Les salariés de Radio France entament mercredi 8 avril leur vingt-et-unième jour de grève. Dans un conflit qui semble aujourd’hui dans l’impasse, le PDG de Radio France Mathieu Gallet a été entendu dans la matinée par la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale avant de présenter devant un Comité central d’entreprise extraordinaire le plan stratégique, qui cristallise les inquiétudes des personnels.

Le conflit, entamé le 19 mars, porte en effet sur les mesures d’économies visant à redresser les comptes du groupe. Les syndicats s’insurgent en particulier contre un plan de départs volontaires affectant jusqu’à 380 personnes sur 4 300, et la suppression d’un des deux orchestres de Radio France (option écartée vendredi dernier par le ministère).

Un durcissement inévitable ?

Plusieurs syndicalistes estiment que le conflit pourrait encore se prolonger, au moins jusqu’à la fin de la semaine. « Avec le plan de départs, je ne vois pas comment éviter le durcissement », juge l’un d’entre eux. Si les auditeurs du service public sont habitués à des perturbations d’antenne en raison de mouvements sociaux, une telle durée de grève constitue une première pour le groupe, constitué en 1975 après l’éclatement de l’ancien ORTF. Nous avons recensé ci-dessous les principaux mouvements sociaux observés à Radio France depuis vingt-cinq ans.

C’est la première fois, en 2015, que les salariés sont confrontés à des menaces de suppressions d’emploi. L’inquiétude sur le sort des salariés s’est d’abord traduite par deux grèves de vingt-quatre heures, le 11 février, puis le 12 mars, avant de se muer en un mouvement à durée illimitée.

Entre 2009 et 2012, les mouvements sociaux à la Maison de la radio portaient plutôt sur les redéploiements d’équipes techniques ou rédactionnelles. En 2009, Radio France International avait également protesté durant soixante-douze heures contre le projet de fusion avec la chaîne de télévision France 24.

En 2004 et 2005, de longs bras-de-fer sur les salaires

Le précédent record de durée de grève à Radio France avait été établi en 2005. A l’appel des organisations syndicales CFTC, CFDT, CGC, CGT, CSA, FO et SNJ, les personnels techniques, ouvriers et employés administratifs avaient alors bataillé dix-neuf jours pour obtenir des hausses de salaires.

Un an auparavant, début 2004, les journalistes avaient cessé le travail durant dix-huit jours pour réclamer que leur rémunération soit alignée avec celle des salariés de France Télévisions.

Une décennie plus tôt, un conflit sur le même thème, l’alignement des salaires entre radio et télévision publique, avait abouti à seize jours de conflit, durée record à l’époque. Une « belle grève », selon les syndicats, qui avait alors surpris par sa durée le ministre de tutelle de Radio France, Nicolas Sarkozy.

Les autres grèves de longue durée observées à la Maison ronde concernaient des catégories de personnels plus réduites. En décembre 1994, les animateurs des antennes locales de Radio France avaient réclamé durant quatorze jours la revalorisation de leur statut. En 1998, ils s’étaient également battus douze jours pour être embauchés en contrat à durée indéterminée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s