Béziers : Débrayages chez BMT

Midi Libre, 5 avril 2015 :

La grève des chauffeurs de bus de BMT qui tournent sur le territoire de l’Agglo risque de se durcir après le retour des vacances scolaires. Des dossiers pourraient aussi être débattus devant la justice.

Vendredi, les chauffeurs de bus de Béziers Méditerranée transport ont de nouveau débrayé 59 minutes. Ce sera la même chose vendredi prochain, à partir de 17 h, et le mouvement pourrait se durcir à la rentrée. Sur ce dernier point, Gilles Escarguel, le responsable du syndicat Unsa, n’a pas souhaité évoquer les mesures qui seraient mises en place pour se faire entendre.

La justice saisie dans le conflit

Le conflit social est en train de prendre une nouvelle tournure au sein de BMT. En effet, désormais nous sommes au-delà des simples revendications salariales (0,5 % d’augmentation des salaires pour rattraper l’augmentation du Smig en 2014). La justice a été saisie et des poursuites pour harcèlements ont été lancées.

Contacté, samedi matin, Éric Dardenne, le directeur de l’entreprise nous a répondu : « Je n’ai aucun commentaire à faire sur ce conflit. » Dont acte !

Pourtant, le syndicat CAT, mis en place par la direction de la société qui représente 14 % des salariés et qui s’oppose à l’Unsa Transport – 84 % du personnel – est plutôt malmené. Tout comme la direction d’ailleurs. « Ils sont suspectés de mener des opérations de dénigrement, de harcèlement. Ils sont en train de détruire l’unité de l’entreprise », explique Gilles Escarguel, le représentant de l’Unsa. « Nous avons le sentiment que nous avons une vision trop claire de la situation et que l’entreprise ne veut pas l’admettre. Nous ne sommes plus que sur des revendications salariales, nous estimons, aujourd’hui, que le service rendu à l’usager n’est plus adéquat. Il y a défaut dans l’organisation de l’entretien du parc des bus et du coup nous manquons de moyens sur le terrain », ajoute le syndicaliste qui ne dit pas que les bus sont un danger pour les usagers.

Une chasse aux sorcières serait engagée

« Aujourd’hui, une chasse aux sorcières est organisée au sein de notre société. Non seulement nous devons faire face à des problèmes de dénigrement de la part de nos responsables, mais nous sommes harcelés par les mêmes, mais aussi par des salariés qui sont de connivence avec la direction. La situation est explosive », précise Gilles Escarguel.

Depuis quelques mois, quelque 120 dossiers ont été déposés aux Prud’hommes pour des problèmes de rémunération mais aussi de harcèlement. Une plainte a été déposée auprès du procureur de la République de Béziers, mais aussi au commissariat. Selon nos informations, le directeur actuel, mais aussi son prédécesseur, ont été entendus dans le cadre de ces suspicions de harcèlement.

« Tous les salariés ont pu remarquer la dégradation des relations. Le comportement de la direction et surtout de son cercle d’amis envers les représentants de l’Unsa et de L’IRP est agressif. Ces actes sont inacceptables et les laisser se développer est particulièrement dangereux, mais surtout improductif pour notre société. La gestion et les relations sociales sont au plus mal », insiste le représentant de l’Unsa qui termine : « Nous, nous respectons l’organisation syndicale CAT, mais encore faut-il qu’elle soit respectable, qu’elle propose des avancées sociales. Nous avons tout ce qu’il faut pour démontrer que cette structure manque totalement d’indépendance. C’est dommageable pour BMT. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s