Archives quotidiennes : 26/03/2015

Appel 24 : des conditions de travail dénoncées par les salariées

Le Républicain, 26 mars 2015 :

Critiques incessantes, persécutions, harcèlement moral, les salariées du centre d’appel et de secrétariat dédié aux médecins, aux cabinets médicaux et aux laboratoires pharmaceutiques, Appel 24, situé sur le boulevard des Coquibus à Evry, n’en peuvent plus.

Depuis plusieurs mois, voire des années, elles vivent des conditions de travail très difficiles qui engendrent de nombreux arrêts maladie pour cause de stress, de fatigue ou bien encore de dépression. Excédées, elles ont décidé, lundi 16 mars dernier, de se mettre en grève. Onze refusent aujourd’hui de reprendre le travail si les conditions ne changent pas. Dans leur combat, elles ont reçu le soutien de l’union locale CGT d’Evry.

Lire la suite

Publicités

Les salariés de la Snecma manifestent leur colère

Le Républicain, 26 mars 2015 :

Des employés de la Snecma se sont rendus devant le siège du groupe Safran pour exprimer leur mécontentement à propos de leurs salaires.

Le jeudi 19 mars, près de 450 employés de la Snecma originaires du site de Corbeil-Essonnes se sont rassemblés devant le siège du groupe Safran dont ils dépendent. Toujours opposés à la politique salariale jugée austère que veut leur imposer la direction, ils ont manifesté bruyamment leur mécontentement sous les fenêtres du bâtiment situé sur la commune de Courcouronnes.

Lire la suite

Débrayage pour les salaires chez Bombardier

La Voix du Nord, 24 mars 2015 :

Décidément, à l’instar de ce qui se passe à l’UIMM, les négociations autour des salaires sont rudes en ces temps de crise. Ce mardi, elles sont à l’origine d’un mouvement de grève chez le constructeur ferroviaire Bombardier.

bomb

Au terme de la dernière réunion de négociations salariales, ils étaient « entre 300 et 400 salariés », selon le syndicat Sud – et 150 selon la direction, à débrayer, entre 9 h et 12 h, pour dire non aux propositions patronales. Des palettes ont brûlé au cœur de l’usine.

Lire la suite

A Madagascar, des ouvriers en grève bloquent la mine d’Ambatovy

Le Monde, 25 mars 2015 :

Un barrage de fortune dressé à l’entrée du chemin de graviers qui mène au site et le regard volontairement farouche suffisent à la trentaine d’ouvriers assis par terre pour bloquer l’accès à la grande mine de nickel et de cobalt d’Ambatovy, à Moramanga, dans le centre sud de Madagascar, à 80 kilomètres d’Antananarivo. Ils sont en grève depuis le 16 mars.

Quelques jours avant, deux de leurs collègues ont été arrêtés avec quatre employés d’un fournisseur de la société canadienne Sherritt, principal actionnaire de la mine d’Ambatovy. Le géant minier les accuse du vol d’une cargaison de 900 000 litres de carburant, soit l’équivalent de 31 camions-citernes et surtout, selon la direction d’Ambatovy, « l’équivalent de plus d’un million de dollars. »

Lire la suite