Débrayage pour les salaires chez Bombardier

La Voix du Nord, 24 mars 2015 :

Décidément, à l’instar de ce qui se passe à l’UIMM, les négociations autour des salaires sont rudes en ces temps de crise. Ce mardi, elles sont à l’origine d’un mouvement de grève chez le constructeur ferroviaire Bombardier.

bomb

Au terme de la dernière réunion de négociations salariales, ils étaient « entre 300 et 400 salariés », selon le syndicat Sud – et 150 selon la direction, à débrayer, entre 9 h et 12 h, pour dire non aux propositions patronales. Des palettes ont brûlé au cœur de l’usine.


« Les temps sont difficiles »

La direction a proposé +1,5 % pour les cadres et 0,5 % pour les employés et ouvriers. À cela peut s’ajouter 1 % de prime individuelle. « Les temps sont difficiles, on s’est basé sur une inflation à 0,5 % », indique-t-on à la direction.

« Nous sommes contre les augmentations individuelles à la performance, car elles peuvent nuire aux objectifs collectifs », répond Rodrigue Louadoudi (Sud), pour qui l’effort du patronat demeure insuffisant, d’autant « qu’ils avaient déjà gelé les salaires l’an dernier ».

Ce mercredi matin, les syndicats Sud, CGT, CFDT et CFE-CGC ont prévu de se retrouver afin de décider si « on peut agir ensemble ». Pour la direction, les discussions sont closes : ce mardi, « c’était la dernière réunion, s’ils n’acceptent pas ces propositions, il faudra revenir à celles initiales ». Soit des hausses revues… à la baisse. Affaire à suivre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s