Grève illimitée à Radio France

Le Figaro, 20 mars 2015 :

La révélation par le Canard Enchaîné du coût de la rénovation du bureau du PDG de Radio France a mis de l’huile sur le feu, alors que la radio publique va devoir faire face à une sévère cure d’austérité. Les salariés sont entrés hier en grève pour une durée illimitée.

«Attention Mathieu, si tu ne nous entends pas, c’est la guerre…» Cette version du Chant des Partisans, réécrite à l’attention du PDG de Radio France, a résonné jeudi matin dans l’auditorium de la Maison de la radio. Une illustration du climat extrêmement tendu entre la direction de la radio publique et les salariés, qui ont entamé une grève illimitée à l’appel des syndicats CFDT, CGT, SNRT-FO, SUD et Unsa. Toutes les antennes du groupe ont été perturbées jeudi, à l’exception de la matinale de France Inter. Et le mouvement est appelé à durer.

La révélation mercredi par le Canard Enchaînédu coût de la rénovation du bureau de Mathieu Gallet – plus de 100.000 euros – tombe au plus mal pour le PDG alors que Radio France, sous la menace d’un trou budgétaire de 50 millions d’euros d’ici 2017, est appelée à une sévère cure d’austérité. «J’ai honte d’une telle personne», éructe une représentante syndicale sous les applaudissements du personnel. Les syndicats prévoient d’envoyer une lettre au président du CSA, Olivier Schrameck, «afin qu’il rappelle à l’ordre Mathieu Gallet pour son comportement irresponsable.»

Craintes pour l’emploi

Les grévistes rejettent en bloc les quelques pistes d’économies évoquées dans la presse par leur PDG: non à l’externalisation de certains métiers (sécurité, propreté), non au détachement de l’Orchestre national de France, et surtout non à une probable vague de suppressions de postes. «On demande déjà aux cadres de faire la liste des personnes non indispensables à leurs services», affirment les syndicats, qui craignent de 300 à 400 départs. Le coût colossal des travaux de réhabilitation de la Maison ronde – au moins 500 millions d’euros – est également sur toutes les lèvres.

La direction de Radio France peut difficilement répondre aux inquiétudes de ses collaborateurs. Elle est en effet en pleine négociation budgétaire et stratégique avec son actionnaire, l’Etat. Or, ces discussions prennent du retard, car le ministère de la Culture attend les conclusions d’un rapport de la Cour des comptes sur la gestion de la radio publique, prévu pour début avril. Les arbitrages sur l’avenir de Radio France ne devraient donc pas être pris avant plusieurs longues semaines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s