Un salarié de Sanofi se suicide sur un site du groupe à Strasbourg

Un salarié de Sanofi s’est suicidé il y a près d’une semaine sur son lieu de travail à Strasbourg, provoquant une vive émotion parmi ses collègues, dont certains mettent en cause les restructurations permanentes dans le groupe pharmaceutique, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Ce collaborateur a été retrouvé inanimé mercredi dernier dans son bureau par des collègues et il est ensuite décédé à l’hôpital où il avait été transporté, a indiqué à l’AFP une porte-parole du groupe pharmaceutique, confirmant des informations de source syndicale.

Ce cadre d’une quarantaine d’années du site de recherche strasbourgeois, qui emploie une soixantaine de personnes, avait avalé du cyanure, a précisé une source syndicale.

« Notre attention se porte vers ses collègues et ses proches », a dit la porte-parole du groupe, indiquant qu’une cellule d’accompagnement psychologique avait été mise en place ainsi qu’un numéro vert.

Le salarié avait laissé sur son bureau une lettre, remise à la police dans le cadre d’une enquête en cours, a précisé la direction, jugeant prématuré de se prononcer sur un lien entre le geste du salarié et son travail.

Selon une collègue du salarié, qui l’a retrouvé inanimé, il « donnait des signes » de souffrance au travail. « Plusieurs PV de CHSCT et des expertises font état d’une souffrance au travail sur ce site », a dit à l’AFP Annie Clauss, déléguée CGT du personnel.

« Des choses laissent à penser qu’il y a un lien », a également estimé une autre collègue, amie du défunt. « Depuis 2009, on enchaîne les réorganisations et on ne peut pas ignorer les effets que cela peut avoir sur les salariés », a-t-elle ajouté.

« Il y a une situation de stress permanent au sein de Sanofi, en particulier au sein de la recherche », a dit à l’AFP Thierry Bodin, délégué central CGT chez Sanofi, évoquant « plusieurs cas de suicides » ces dernières années.

Le poste du salarié « n’était pas impacté » par les réorganisations en cours, a précisé la direction. Selon ses collègues, il avait choisi de rejoindre prochainement une nouvelle unité du groupe à Lyon.

« Nous demandons une communication interne de la direction générale sur ce suicide », a dit Mme Clauss, indiquant qu’une minute de silence avait été observée lundi sur différents sites en France.

La direction a estimé, de son côté, avoir communiqué « de manière respectueuse vis-à-vis de notre collaborateur, de ses proches et de l’ensemble de ses collègues dès jeudi matin à Strasbourg » et précisé qu’il y avait eu « des actions d’information » ailleurs en France.

10/03/2015 16:25:27 – Strasbourg (AFP) – © 2015 AFP

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s