Poste de Gourdon : La lutte continue

La Dépêche, 10 mars 2015 :

Le conflit des facteurs de Gourdon s’enlise. Nous en sommes à la 5e semaine et aucune solution ne semble poindre entre les deux parties.Les élus commencent à s’en mêler en alertant les ministères à Paris.

Le conflit des facteurs de Gourdon est entré dans sa 5e semaine consécutive. Et, sur le terrain, l’ambiance se tend (lire notre édition de dimanche) sans qu’une sortie de crise ne semble encore à l’ordre du jour. Exemple dès 7 h 30 hier matin, quand, à l’initiative de la nouvelle association créée samedi 7 mars, et qui se nomme «Association citoyenne pour les services publics» (ACPSP), une quarantaine de Gourdonnais se sont réunis devant les grilles de la Poste pour empêcher le camion de courrier de rentrer dans les locaux. L’association réclame la distribution du courrier dans le strict cadre de la loi. Demain, ces usagers continueront ce blocus avec comme objectif de défendre un meilleur service public et la ruralité.

Après avoir libéré les locaux, les partisans des facteurs ont manifesté hier, en fin d’après-midi, dans les rues de Gourdon. Jusqu’à quand cette situation va-t-elle perdurer ? Après l’échec de la médiation, proposée par le préfet, les élus ont décidé d’activer les relais parisiens.

Ainsi, la députée de la première circonscription du Lot, Dominique Orliac est-elle venue, dimanche, prendre contact avec les postiers en grève. Dominique Orliac a dès hier matin contacté les cabinets des ministres du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue social ; de la Culture et de la communication ; de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique.

Elle s’est également entretenue de la situation avec la nouvelle préfète du Lot Catherine Ferrier. La parlementaire radicale envisage par ailleurs, «si nécessaire», de poser une question au gouvernement dans les jours prochains sur ce sujet.

De son côté, Jean Launay, député PS, a écrit au président du Groupe La Poste, Philippe Wahl. Après avoir dressé le constat d’un «conflit justifié, qui se radicalise, qui irrite les usagers et qui interroge, dans sa durée, sur le management de l’entreprise», Jean Launay demande à Philippe Wahl, de lui «indiquer l’analyse que vous portez sur la situation et quelles dispositions vous pouvez prendre pour envisager une sortie rapide de ce trop long conflit».

En attendant, près de 200 personnes ont manifesté, hier en fin d’après-midi à Gourdon. Un facteur a entamé un 5e jour de grève de la faim. Et aucun courrier n’a été distribué ou n’est parti de Gourdon, hier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s