DSK et le procès du Carlton

Article de « Communisme-Ouvrier n°52« , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le procès de l’affaire du Carlton a encore donné lieu à un traitement médiatique relativisant la gravité des violences faites aux femmes lorsque leur auteur appartient à la haute bourgeoisie.

En 2011 et dans la foulée de l’affaire du viol présumé de Nafissatou Diallo au Sofitel de New York, une procédure judiciaire est ouverte contre Dominique Strauss Kahn et d’autres personnalités pour « proxénétisme aggravé ». L’ex-directeur général du FMI est accusé d’avoir participé à l’organisation de soirées impliquant des prostituées, qu’il aurait qualifiées de « matériel » dans une série de SMS envoyés à ses co-accusés, dont un commissaire de police lillois. A l’issue du procès qui vient de se dérouler, tout le monde s’attend à une relaxe, et ses avocats se sont évertués à remettre en doute la parole des personnes prostituées entendues. Pourtant, leurs témoignages, cités par Libération, font froid dans le dos (1) :

« Dans le dossier d’instruction et lors de l’audience, lorsque des scènes sexuelles sont évoquées, c’est parce que s’y pose un éventuel problème de violence et de non-consentement des femmes. M. explique ainsi qu’elle était en larmes et qu’elle souffrait. C’est ce « rapport de force » qu’elle raconte, et non pas des « détails scabreux » ni non plus la nature d’une pénétration (son récit aurait pu être le même pour un rapport vaginal violent). « J’ai montré mes réticences par des gestes, a-t-elle dit à la barre. Je pleurais. Et puis je disais que j’avais très mal. » Jade, également partie civile, a raconté une scène similaire à Bruxelles : « Une pénétration à laquelle j’aurais dit non s’il m’avait demandé […] Ce n’est pas parce qu’on a payé qu’on peut tout. Il faut demander. Il n’y a aucun prix qui justifie d’imposer une souffrance. » Enfin, M.A a expliqué qu’elle avait dit à DSK « de ne pas continuer »,« d’arrêter ». Et que celui-ci, au contraire, avait persévéré, jusqu’à la fin du rapport, de manière « violente ». »

Cela n’a pas empêché nombre d’éditorialistes de défendre la « liberté sexuelle » de DSK (Patrick Besson) ou d’utiliser un langage euphémisant en parlant de « parties fines » et autres calembredaines. Il convient pourtant de rappeler avec fermeté, à quelques encablures du 8 mars, qu’un rapport sexuel forcé est un viol, et que l’argent ne l’excuse pas. De plus, la prostitution en tant que telle, qui le plus souvent touche des personnes en état de grande précarité et est un commerce qui se fait au bénéfice quasi-exclusif des hommes qui y ont recours (et qui rappelons-le ne constituent pas la majorité des hommes) ajoute à la domination capitaliste la domination patriarcale.

Racisme social

On peut aussi s’interroger sur la différence de traitement médiatique et politique s’agissant de telles affaires, selon qu’elles touchent des nantis ou des prolétaires.

Alors que le recours à la prostitution tout comme le viol et l’ensemble des violences sexuelles sont des faits partagés par l’ensemble des classes sociales, médias et hommes de pouvoir sont en général bien plus intransigeants lorsqu’elles impliquent des membres des classes populaires, en particulier s’ils n’affichent pas la bonne couleur de peau ou la bonne religion, que lorsqu’elles impliquant certains des leurs.

Qu’on se souvienne il y a quelques années des discours racistes qui ont suivi les affaires dites des « tournantes » pour s’en convaincre. Or, la gravité d’une violence sexuelle ne saurait être relative à la classe sociale de son auteur, et tous les hommes d’une classe sociale ne devrait pas être rendus complices des actes de quelques uns. C’est pourtant ce qui se passe s’agissant des classes populaires, alors que personne ne songerait à associer l’ensemble des hommes constituant le champ médiatique dominant à DSK.

(1) Libération, 20 février 2015

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s