Extension de la grève dans les raffineries américaines

Reuters, 22 février 2015 :

Le secteur du raffinage pétrolier aux Etats-Unis est entré dimanche dans sa quatrième semaine de grève, son plus important mouvement social depuis 35 ans, qui touche désormais 20% des capacités nationales de production, selon des responsables syndicaux.

Au total, 6.550 membres du syndicat United Steelworkers (USW) participent sur 15 sites, dont 12 raffineries, au mouvement entamé le 1er février après l’arrêt des discussions sur une nouvelle convention collective entamées par l’USW et la compagnie Shell Oil, filiale du géant Royal Dutch Shell .

Les pourparlers ont repris depuis mais ont été de nouveau interrompus vendredi, ont dit des sources proches des négociations. Cette nouvelle rupture a conduit à l’élargissement du conflit à Motiva Enterprises, une coentreprise entre Shell et Saudi Aramco.

La grève touche entre autres la plus grande raffinerie des Etats-Unis, celle de Port Arthur, au Texas, d’une capacité de 600.250 barils par jour.

L’USW réclame une convention collective de trois ans qui concernerait quelque 30.000 salariés dans 63 raffineries américaines représentant les deux tiers des capacités nationales.

Le syndicat reproche entre autres au patronat de compromettre la sécurité des conditions de travail en employant des travailleurs temporaires pour des opérations de maintenance.

Outre Shell et Motiva, le mouvement social touche BP, Lyondell Basell, Marathon Petroleum et Tesoro , en Californie, au Kentucky, au Texas et dans l’Etat de Washington.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s