Archives quotidiennes : 20/02/2015

Japon : un adolescent obligé de travailler sur le site de Fukushima

Le Point, 20 février 2015 :

Triste affaire pour ce garçon de 15 ans qui a été envoyé sur le site contaminé de Fukushima pour nettoyer des déchets radioactifs. Heureusement, le droit du travail japonais interdit strictement aux personnes mineures de travailler dans les zones contaminées, rapporte le journal Japan Times.

Son patron, qui dirige l’entreprise chargée des opérations de nettoyage, Yuji Chiba, a été arrêté par la police japonaise. Il avait embauché l’adolescent en avril 2014. Le garçon avait commencé à travailler sur l’ancien site nucléaire au mois de juillet. Au bout de cinq jours, il avait fini par s’enfuir.

Lire la suite

Publicités

Trigano : la pression monte avec l’attente

La Nouvelle République, 20 février 2015 :

Reuilly. Lors du comité d’entreprise extraordinaire qui s’est déroulé hier dans le cadre d’une procédure de licenciement, des salariés ont débrayé.

Ils sont sortis un par un de l’usine, les ouvriers de Trigano, hier matin. Plusieurs dizaines d’entre eux au final, accompagnées d’une cinquantaine de syndicalistes CGT de l’Indre et du Cher venus en soutien, attendaient, vers 10 h, la sortie de Daniel Richard. Ce dernier, responsable de fabrication au sein de cette entreprise d’une centaine de salariés, devait s’expliquer devant le comité d’entreprise. Lui-même élu délégué syndical et délégué du personnel CGT, il se devait de justifier un comportement et des propos tenus dans le cadre d’une précédente réunion du comité d’entreprise.

Lire la suite

TGV : la grève dans les wagons-bars reconduite vendredi 20 février

Paris Normandie, 20 février 2015 :

La grève entamée ce jeudi 19 février par le personnel des wagons-bars TGV, gérés par un prestataire de la SNCF, est reconduite vendredi pour dénoncer les conditions de travail et réclamer l’intégration des hôtesses et stewards dans le groupe ferroviaire public.

La direction de Newrest Wagons-Lits, en charge de la restauration à bord des trains, «n’a pas donné signe de vie» jeudi alors que le taux de grévistes s’est établi «au-dessus des 85%», selon Gildas Le Gouvello, secrétaire général de la CFDT Restauration ferroviaire.

Lire la suite

Le site de Manoir industries, à Pîtres, est bloqué

Paris Normandie, 20 février 2015 :

Depuis hier matin, le site de Manoir industries, à Pîtres, est bloqué par des salariés. Ils sont une centaine en permanence devant l’entrée. Si ceux qui souhaitent aller travailler peuvent passer, aucun véhicule ne peut entrer. « La direction nous a demandé de signer un accord Négociation annuelle obligatoire, nous avons refusé », explique l’intersyndicale CGT/CFDT/FO/CFE-CGC. Les représentants syndicaux assurent « n’avoir jamais connu une telle mascarade de négociation ». Gaëtan Levitre, conseiller général, est venu soutenir les salariés « car c’est bien qu’ils se battent pour leur pouvoir d’achat », a-t-il lancé.

« Le groupe perd de l’argent »

Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire, l’intersyndicale a demandé une augmentation des salaires de 1,2 %. La direction en a proposé une de 0,2 à 0,3 %.

Lire la suite

L’usine MTA au bord de l’explosion

La Dépêche, 20 février 2015 :

Menacés de liquidation, les métallos de Fumel ne peuvent espérer au mieux qu’une reprise à 29 salariés sur 136. Hier, ils ont piégé la fameuse machine de Watt.

«Il n’y a plus qu’à appuyer sur le bouton». Entouré de ses copains métallos, Claude Garimbay, délégué CGT de l’usine MétalTemple Aquitaine de Fumel, ne tourne pas autour du pot en désignant l’enchevêtrement de barbelés, bande de chantiers, fils et bombonnes qui entourent un tractopelle posé devant la fameuse machine de Watt de l’usine : «Il y a 10 bombonnes de gaz, acétylène et oxygène. Tout ce qu’il faut pour péter.» À deux pas des anciens réservoirs de carburant où subsistent des résidus, la menace n’est pas factice. «Entre la rue ou la prison, on n’a plus rien à perdre.»

Lire la suite

Dieppe : débrayage suivi par les agents du port

Paris Normandie, 20 février 2015 :

Une quarantaine d’agents du port de Dieppe ont appliqué le débrayage d’une heure, à la suite de l’appel du syndicat CGT.

La grève d’une heure, qu’ont observée hier matin des agents du port de Dieppe, est une première depuis 2007, date à laquelle le port de Dieppe est passé sous la compétence du conseil régional. Une quarantaine de personnes ont donc manifesté, jeudi en fin de matinée, pour dénoncer un harcèlement moral de la part des dirigeants du Syndicat mixte du port de Dieppe (SMPD). Les responsables syndicaux CGT du syndicat mixte étaient satisfaits de la mobilisation et ont distribué des tracts auprès des passants sur le quai du Carénage.

Lire la suite