Nouvelle victoire pour les salariés de Koyo à Moult

Ouest France, 20 février 2015 :

Rebondissement positif pour les salariés de Koyo Bearings, usine située à Moult, qui fabrique des roulements à aiguille pour l’aéronautique. Hier, à 18 h, la justice leur a donné raison. La grève se poursuit.

« Arnaud Touchard est blanchi. Et la société doit nous verser 3 000 € de frais de justice », entonne Elise Brand, avocate des salariés de Koyo Bearings, à la sortie du tribunal.

La direction avait attaqué Arnaud Touchard, salarié et secrétaire du CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), pour avoir refusé de signer l’ordre du jour concernant le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

« Pour le maintien de la production à Moult »

Sans sa signature, « le PSE ne peut être homologué », précise l’intéressé, le sourire aux lèvres. Évoqué pour la première fois en juin 2014, ce PSE comprend le transfert de 52 des 65 salariés de l’usine vers le site de Vierzon. « Je refuse de signer car nous n’avons jamais reçu l’expertise concernant la situation de l’usine de Vierzon. On veut vérifier qu’il y a un projet industriel au bout. Et on en doute. »

Cette expertise avait été réclamée par le CHSCT en juillet 2014. Obligatoire, elle est censée évaluer l’implantation des machines, les postes à pourvoir, la rémunération. En bref, la pérennité du site. Élise Brand souligne l’importance de cette décision. « Le CHSCT doit pouvoir délibérer sur des données et des appréciations techniques de qualité et communiquées préalablement », précise le délibéré. La direction, absente hier au tribunal, n’a, pour l’instant, pas souhaité s’exprimer.

En attendant, la grève se poursuit. Tous les jours, 24 heures/24. Les salariés ne veulent pas que la direction retire les machines prématurément. « Maintenant, on se mobilise non seulement contre le PSE mais surtout pour le maintien de la production à Moult, soutient Arnaud Touchard. Une expertise, menée par le cabinet Secafi et financée par le Comité central d’entreprise (CCE), estime que l’usine de Moult pourrait relancer sa production pour un investissement de 800 000 €. » Ce qui représente seulement 10 % du PSE envisagé par la direction. Selon ce rapport de 150 pages, cet investissement serait amorti en un an.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s